Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

aidez-nous faire à décoller et promouvoir le forum en votant sur les topsites !
bienvenue sur wassup daegu, le forum a ouvert le 23/10/16 !
la partie histoire de la fiche de présentation est désormais obligatoire, mais totalement libre !
une fois que vous êtes validés, n'oubliez pas de remplir les champs de votre profil !
pensez à remplir votre fiche rps pour éviter d'être supprimés !
la version 11 a débarqué sur le forum le 7/09/17 ! ❅
bravo à yun karma et shim bae, nos membres du mois
venez voir la maj par ici !
pour en savoir plus sur l'intrigue c'est parici !

Page 1 sur 1
staff of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 137 ♢ Arrivée : 06/03/2017 ♢ Pseudo : billpazuzu ♢ Wons : 196 ♢ Avatar : Park Jimin ♢ Crédits : nana(c) (merciiiii merci merci)

♢ Occupation : le chercher, le trouver, le tuer.
♢ Age : la vingtaine désabusée.
♢ Situation : empli de haine. l'amour n'est pas pour lui. il n'est pas disponible pour des sentiments pareils.
♢ Yours :


 remember me ~ Jae² | Lun 13 Mar - 21:22

remember me
wonjae ♢ young jae
Le fil de fer grattait contre le mécanisme de la serrure en un son désagréable à l’oreille. Il ne cessait de le tordre entre ses doigts, l’oreille collée au bois miteux de la porte dans l’espoir d’entendre enfin le déclic significatif qui lui ferait comprendre qu’enfin la serrure était ouverte. Ses doigts tremblaient plus que d’habitude. Autant que la première fois qu’il avait tenté de s’introduire par effraction chez quelqu’un. Seulement pour squatter leur canapé et pouvoir y dormir paisiblement les nuits d’hiver. Il partait toujours aux aurores, regardant avec envie les fruits posées dans la corbeille de la cuisine ou encore le paquet de gâteau oublié sur la table basse. Lorsqu’il lui été arrivé de séjourner plusieurs jours dans la même ville, voire plusieurs semaines, il avait toujours tenté de trouver des petits travaux illégaux afin de gagner quelques sous. Lorsqu’il y parvenait, il dormait au sauna. Mais avant qu’il ne comprenne le fonctionnement de ce pays à la fois si proche et pourtant si différent du sien, il avait enduré le fait d’être totalement vulnérable, perdu. Il voulait le retrouver mais il ne savait pas vraiment par où commencer. Durant tout son parcours de la Corée du Sud au cours duquel il avait recueilli des informations par-ci par-là, il avait vécu les pires mois de sa vie. Il avait subi les intempéries, la pluie torrentielle, le vent, la neige… La précarité de sa situation l’avait laissé parfois quelques jours sans pouvoir manger. Lorsqu’il voyait son reflet dans une vitrine d’un magasin, il ne se reconnaissait plus aujourd’hui. Il avait maigri. Ses joues pourtant si rondes auparavant avaient perdu de leur rebond. Et ses cheveux bruns avaient poussé, barrant son front bronzé par le soleil de certains jours. Et il s’en détournait vite, de cette image, honteux. Ses parents seraient tellement déçus. Tellement… mais il faisait ça pour eux. Pour les venger. Venger leur honneur.

Un « clic » distinctif retentît au creux de son tympan et il lâcha un soupir de soulagement. Enfin le loquet décidait de céder à ses manipulations. Il poussa doucement la porte, l’entrebaillant à peine, encore accroupi devant cette dernière. Il inspecta ce qu’il pouvait voir de l’appartement et constata que les lumières étaient éteintes. Se relevant, il entra enfin. A sa ceinture, il vînt enlacer de ses doigts gelés la crosse de son revolver. Il ne payait pas de mine, il était trop lourd pour sa petite main, mais ça n’avait aucune importance au vue de ce qu’il souhaitait en faire. Regardant les alentours, il n’eût pas besoin de chercher bien longtemps avant de le voir. Endormi, paisiblement, sans même se douter de ce qui l’attendait. S’attendait-on au moment de sa mort ? C’était une bonne question… Mais il n’était pas temps pour Young Jae de se la poser. Il s’approcha lentement du lit et sortît le flingue. Comme pour être certain de ne pas louper son coup, il vînt frôler la tempe de celui qui avait été son ami avec le canon de l’arme. Il tremblait, plus qu’il ne l’aurait imaginé. Il avait attendu ce moment depuis si longtemps… Il y était enfin, il allait pouvoir mettre fin au jour de ce traitre. Il allait pouvoir lui défoncer sa sale gueule de criminel, de meurtrier ! Il en avait l’apparence aujourd’hui. Ses cheveux noirs étaient passés au blond presque blanc. Ses tenues vestimentaires, il avait pu les voir, étaient plus vulgaires les unes que les autres. Son allure était négligée, ses traits étaient maculés de noir qui se voulait esthétiques dans ce pays, sa peau était souillées d'encre. Il ne comprenait pas. Comment avait-il pu se transformer autant ? Son âme dépravée transparaissait tellement sur son physique aujourd’hui. Tous les enseignements qu’il avait reçu, toutes les valeurs qu’on lui avait inculqué, il les trahissait sans une once de remord. Et il n’en était que plus haïssable aux yeux de Young Jae.

Dents serrés, traits tendus, il s’efforçait de canaliser les battements de son corps et sa respiration affolée. Pourquoi ? Pourquoi n’y arrivait-il pas ? Lâchant un bref râle de frustration il finît par changer de tactique. A tâtons et aussi discrètement que possible, il chercha de quoi attacher les poignets du traitre encore endormi. Il opta finalement pour une ceinture et une taie d’oreiller qu’il déchira sauvagement. De la ceinture, il vînt attacher les poignets de ce traitre aux barreaux de son lit et avec les lambeaux de tissus, il fît de même avec ses chevilles. Puis il vînt s’asseoir sur le bord du matelas et commença à déposer de vives claques sur les joues de l’enfoiré encore assoupi. « Réveille-toi ! » lui ordonna-t-il en envoyant ses doigts frapper plus violemment encore son visage, y déposant une marque rougeoyante qui lui serra le ventre de satisfaction. Ca faisait du bien. Beaucoup de bien. Et dès lors… il n’était pas sûr qu’il allait réussir à s’arrêter là. Dès lors que les yeux du garçon s’ouvrirent, il alluma la lumière. « Bonjour, Wonjae. » souffla-t-il, sans une once de sourire et d’enthousiasme dans la voix. Au fond de ses prunelles en revanche, une lueur démente. Dans son ventre, une haine brûlante. Et dans sa tête... des milliers de questions.





Now he's gone, I dont know why. And till this day sometimes i cry. He didn't even say goodbye. He didnt take the time to lie. Bang Bang.
Revenir en haut Aller en bas
staff of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t484-wonjae-please-don-t-make-any-sudden
avatar
♢ Messages : 3331 ♢ Arrivée : 22/08/2016 ♢ Pseudo : fantasy ♢ Wons : 5030 ♢ Avatar : pouty yoongi ♢ Crédits : moneyhoney (avatar) mnyunki (signature)

♢ Occupation : voleur d'objets plus ou moins précieux. parfois de la simple nourriture jusqu'à des oeuvres très précieuses, receleur, il stocke pour revendre à bien plus riche que lui.
♢ Age : parfois, vingt-quatre ans, d'autres il n'en a que vingt ou même ben plus. tout dépend de l'identité qu'il se donne. tout dépend de sa proie
♢ Situation : célibataire. à la recherche de l'amour. ça c'est ce qu'il avoue aux personnes qu'il essaie de séduire. C'est tellement plus facile d'en amadouer certains en leur faisant croire qu'on est fleur bleue. le vrai wonjae lui ne sait pas ce qu'est l'amour. il n'en veut pas. il n'a pas besoin de ca. le sexe lui suffit.
♢ Yours :
miss you so much


hyungi (key) #99aacc

 remember me ~ Jae² | Sam 18 Mar - 11:04

Le temps qui passait aurait dû apaiser son cœur, ses maux, mais Wonjae ne trouvait jamais la paix. Peut-être ne la méritait-il pas ? Il n’en savait rien. Depuis son enfance, le jeune homme avait enchainé les bêtises de toute sorte allant parfois jusqu’à des actes beaucoup trop graves. Wonjae en avait honte mais l’égoïsme était maitre mot dans ce foutu monde. Il vivait pour lui, uniquement pour lui. Enfant, il avait promis à YoungJae qu’ils ne se sépareraient jamais, qu’ils vivraient pour l’autre, avec l’autre. « Des rêves de gosses » se disait-il souvent pour faire taire les reproches qu’il s’envoyait à lui-même. Impossible de rester liés dans un monde aussi cruel. Lorsqu’il était encore sur le sol nord coréen, Wonjae s’était souvent demandé comment son ami faisait pour encaisser, subir mais surtout, accepter ces règles presque barbares à ses yeux. L’éducation qu’il avait reçue de ses parents y était sûrement pour beaucoup et il avait eu beau essayer de le convaincre, son ami était resté impassible. Le respect de son pays et ses lois était la chose la plus importante pour Youngjae. Suivre comme un mouton les dictats d’un dirigeant sans cœur. Qu’était-il devenu ? Que faisait-il ? Supportait-il encore les sévices des supérieurs de l’armée ? Pire, s’était-il transformé en un de leur clone ? Ses questions, Wonjae se les posait tous les soirs, tournant et virant dans ses draps fins. Lorsqu’il en avait le courage, il s’aventurait à se demander s’il regrettait ou non ses choix. Et la réponse lui déchirait le cœur à chaque fois. Non. Il ne regrettait pas. S’il devait le refaire, Wonjae partirait, quitterait son pays et surtout celui qu’il avait aimé plus qu’un ami, plus qu’un frère ? Encore Aujourd’hui, ses sentiments pour le jeune homme étaient confus. Il n’avait jamais réussi à mettre un terme particulier sur eux. Peut-être était-ce tout simplement parce qu’ils étaient impossible à ranger dans une case. Ils étaient « eux », les Jae.

Malgré son esprit tourmenté, Wonjae avait fini par trouver le sommeil. Lorsqu’il passait la nuit en douce compagnie, le problème ne se posait pas mais ce soir, il était resté chez lui, sagement. Son sommeil fut tourmenté, ses pensées, trop tournées vers Youngjae, l’avaient trahi et lui montraient de nombreuses images d’eux. Un passé, flou, un présent inventé, un futur incertain. Wonjae était perdu dans un monde qu’il ne connaissait pas, accompagné d’un Youngjae qu’il ne reconnaissait pas. « Non… » murmura-t-il quand son ancien ami qui arpentait son rêve se mit à l’attacher. Ce n’était pas la première fois qu’il le torturait dans ses rêves. La vengeance de son ami était devenu sa hantise. Il en faisait souvent des cauchemars et cette nuit ne serait en aucun cas différente. « Réveille-toi ! » Ses coups, sa voix. Tout paraissait si réel à chaque fois, lui brisant son cœur d’homme endormi. La douleur sur sa peau ne cessait d’augmenter si bien qu’il finit par ouvrir les yeux. Pourquoi avait-il si mal ? Voulant frotter sa joue meurtrie, les mains de Wonjae se retrouvèrent bloquées par des liens. Rêvait-il encore ? Bonjour, Wonjae. » La lumière lui arracha un gémissement douloureux. Non, il ne rêvait plus. La réalité l’avait bel et bien rattrapé et ses craintes allaient sûrement se réaliser. Youngjae était là, face à lui, la haine marquant ses traits d’enfant. Il n’avait pas changé. Toujours le même visage, peut-être un peu maigri, mais il restait l’homme qu’il avait connu. Se réveillant totalement, il constata qu’il lui était impossible de bouger les jambes. Son ancien ami l’avait totalement immobilisé. « Youngjae.. ? » Même si la douleur dans tout son corps était vive, Wonjae n’arrivait pas à croire qu’il ne rêvait pas. Pourtant, tout semblait si réel. « Pourquoi tu m’as.. » ‘attaché’. Il ne put finir sa phrase trouvant lui-même la réponse. Le plus jeune le fixait avec une telle rage que Wonjae frissonna. Il en avait croisé des caïds prêts à lui faire la peau mais jamais il n’avait eu aussi peur. L’home face à lui n’était pas un inconnu et il comprenait la haine qu’il éprouvait pour le traitre qu’il était. « Détache-moi, putain » siffla-t-il en tirant vivement sur ses liens. « Depuis quand agis-tu lâchement ? T’as peur de m’affronter si je ne suis pas immobilisé ? » Sa voix se fit dur même s’il se décomposait de l’intérieur. Youngjae ne devait pas lire en lui, voir sa tristesse, ses doutes et surtout sa peur. De ses yeux curieux, le plus âgé détailla son ancien ami. Ses yeux débordaient de haine, d’une envie presque meurtrière. Presque ? Lorsque le regard de Wonjae tomba sur le pistolet que portait Younjae, sa bouche s’étira en un sourire presque mesquin pour cacher sa peur grandissante.  « Je vois. Tu m’attaches et en plus tu prévois de me mettre une balle dans la tête alors que je ne peux pas me défendre. Joli. T’es devenu comme eux. » Les dirigeants de son ancien pays, les enfoirés abusant d’un pouvoir qu’il ne méritaient même pas.




Hold your heart, hold your hand would be to me, the greatest thing. to hold your heart, to hold your hand would be to me, the bravest thing.
Could you take my place and stand here? I do not think you would take this pain. You'd be on your knees and struggle under the weight.
Revenir en haut Aller en bas
staff of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 137 ♢ Arrivée : 06/03/2017 ♢ Pseudo : billpazuzu ♢ Wons : 196 ♢ Avatar : Park Jimin ♢ Crédits : nana(c) (merciiiii merci merci)

♢ Occupation : le chercher, le trouver, le tuer.
♢ Age : la vingtaine désabusée.
♢ Situation : empli de haine. l'amour n'est pas pour lui. il n'est pas disponible pour des sentiments pareils.
♢ Yours :


 remember me ~ Jae² | Ven 31 Mar - 3:30

remember me
wonjae ♢ young jae
Le jour J était arrivé. Il y était enfin. Il l'avait retrouvé. Il l'avait à portée de main. A portée de voix. Enfin, enfin il allait pouvoir venger ses parents. Enfin, il allait pouvoir obtenir les réponses qui le tourmentait depuis son départ. Il ne cessait de le toiser, de son regard noir de haine, pétillant d'une folie proche. Fou de rage. La folie meurtrière. Il croisa les yeux de celui qui avait tellement compté dans sa vie. Celui qu'il avait tant aimé. Celui qui l'avait tant déçu. Celui qui avait détruit ses rêves, ses aspirations, sa vie. Détaillant un instant son cou fin, il s'imagina le serrer entre ses doigts. Puis en remontant à ses yeux, il s'imagina loger une balle entre ces deux derniers. Et pourtant il n'en faisait rien. Pas encore. Il avait besoin de l'entendre. De savoir ce qu'il avait à dire, pour sa défense. Quelles pouvaient bien être ses excuses pour avoir été aussi égoïste ? Après tout ce qu'ils avaient vécu, il l'avait abandonné, délaissé. « Youngjae.. ? » Entendre son prénom prononcé de la bouche de ce traître lui donna la nausée. Alors qu'il avait tellement compté, aujourd'hui il ne lui inspirait que du dégoût et de la colère, de la furie. Mais il se contenta de serrer les poings, ne répondant rien pour le moment, le laissant encaisser sa stupeur. « Pourquoi tu m’as.. » commença le désormais blond platine. Sa phrase laissa en suspens mais Young Jae avait tout à fait saisi le sens de cette dernière. Il était choqué d'être ainsi immobilisé. « Détache-moi, putain » reprît-il finalement, clairement mécontent de cette situation. Young Jae ne bougea pas d'un pouce, le laissa se débattre avec une certaine satisfaction. « Depuis quand agis-tu lâchement ? T’as peur de m’affronter si je ne suis pas immobilisé ? » Venait-il de le traiter de lâche ? De couard ? Comment osait-il ?! Fulminant intérieurement il se redressa, surplombant son ancien ami qu'il détestait tellement aujourd'hui. Mais il ne dît rien se contentant de le fixer avec la haine infinie qui l'habitait. Il aurait tellement voulu le frapper jusqu'à le faire taire, lui enlever le petit air de défiance qu'il arborait. « Je vois. » continua Wonjae. « Tu m’attaches et en plus tu prévois de me mettre une balle dans la tête alors que je ne peux pas me défendre. Joli. T’es devenu comme eux.» Encore son discours de révolutionnaire en carton, des propos s'opposant aux autorités de la Corée du Nord, le pays qui les avait vu grandir. Ceux qu'il avait toujours détesté et maudit. Et aujourd'hui, il osait le comparer à eux en pensant l'insulter ? Mais s'il leur ressemblait, il en était fier ! Il était fier de son pays, de sa patrie, de ses dirigeants. Pour lui faire comprendre qu'il allait trop loin, il vînt, de la crosse de son flingue, frapper la mâchoire de Wonjae. Le bruit fût plus fort qu'il ne l'aurait cru, la sensation était ceci dit plus que satisfaisante. Grisante. Excitante. Venant agripper ses cheveux il le tourna à nouveau vers lui, se penchant pour le défier du regard, pointant le canon de son arme sous son menton. « Tu n'es pas en position de me provoquer, Wonjae. Ne joue pas avec mes nerfs ou ton sursis sera de courte durée. » Pour ponctuer ses dires il abattît son front violemment contre le nez de l'homme qu'il avait tant chéri, tant aimé, qu'il avait considéré comme son frère et même plus. Il recula son visage avec un sourire mauvais, satisfait de voir couler de son ne, sur sa joue et sur l'oreiller le liquide pourpre qu'il avait espéré. Il rît à cette vue de façon jubilatoire, nerveuse, vînt passer sa main sur sa bouille pour la maculée de son sang, étalant ce qui coulait encore et encore de ses narines blanches. Puis il se releva, reculant dans la pièce, laissa ses yeux parcourir cette dernière, constatant la taille du minuscule appartement dans lequel Wonjae vivait. Riant de plus belle il se reconcentra sur le locataire des lieux. « Alors.. c'est ça, ta notion de la liberté ? C'est pour ça que tu nous as trahi ? Que tu nous as fui ? » Il s'approcha d'un meuble à proximité et en dégagea l'intégralité de ce qui y était posé avant d'ouvrir tous les tiroirs et les déverser sur le sol, shootant dans certains objets rageusement. « C'EST POUR CE CA QUE TU M'AS ABANDONNE ?!! C'EST POUR CA QUE TU AS DESERTE ET QUE MES PARENTS SONT MORTS ??!! » hurla-t-il avec un sourire hystérique. Un sourire de fou furieux, de malade mental. Un sourire qu'il aurait craint de voir sur ses propres traits s'il avait croisé son reflet dans un miroir. Revenant vivement vers le canapé lit, il y grimpa et se mît debout au-dessus du traître responsable de son malheur. Retirant la sécurité dans un cliquetis angoissant, il le visa à nouveau avec son pistolet. « Je pourrais t'exploser la cervelle en une simple pression du doigt. Je pourrais te tuer. Te faire disparaître. Et personne ne te pleurerait ! PERSONNE ! Car ceux pour qui tu comptais vraiment, ceux qui t'ont aimé, tu les as laissé derrière pour vivre ta vie minable de soit-disant homme libre. » Sa voix était éraillée par la rage, l'émotion. Il tremblait, plus qu'il ne l'aurait voulu. Mais s'il tirait, il le toucherait malgré tout, c'était certain. S'il osait répliquer quelque chose qui ne lui plaisait pas, il pourrait en finir maintenant et tout de suite.

Serrant les dents, il finît par remettre la sécurité et ranger le flingue dans sa ceinture. Mais il n'en avait pas terminé avec lui. Il avait voulu lui faire peur. Maintenant, il voulait lui faire mal. Il vînt abattre son pied violemment dans les côtes exposées de sa cible. Le bruit que l'impact produisît lui arracha un bref gémissement de plaisir. Il avait entendu, le craquement des os sous sa semelle. Et c'était jouissif. Alors il y retourna, observant les réactions de l'homme qui avait ruiné son existence. Qui l'avait changé, transformé en être aigri et violent. « Je te laisse... une chance... » dît-il, d'une voix presque suave mais menaçante. « Une seule chance... de t'expliquer. » Il se pencha et vînt serrer son menton dans sa main. « Dis moi, Wonjae. Dis moi donc ce qu'il y avait de si exceptionnel à trouver ici. Qu'est-ce qu'il y a de si spécial qui mérite de trahir ta famille, ton meilleur ami, sans même penser à ce qu'il adviendra d'eux après ton départ. Qu'est-ce qui vaut la peine d'être lâche, égoïste. Qu'est-ce qui vaut la peine d'être un enfoiré, un monstre dans ton genre... » Il parlait tout près de son visage, tout près de ses lèvres. Il vînt planter ses dents dans sa pommette et le mordît brutalement. Et dès qu'il le relâcha, il reprît. « DIS MOI !! » hurla-t-il encore si près de sa face maculée de sang. Il n'était plus lui-même. Il n'était plus Young Jae. Il était une boule de nerf, un feu démentiel. Plus aucun filtre, plus aucune limite. Il allait le torturer. Lui arracher les mots de la bouche si c'était nécessaire. Et il l'achèverait.




Now he's gone, I dont know why. And till this day sometimes i cry. He didn't even say goodbye. He didnt take the time to lie. Bang Bang.
Revenir en haut Aller en bas
staff of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t484-wonjae-please-don-t-make-any-sudden
avatar
♢ Messages : 3331 ♢ Arrivée : 22/08/2016 ♢ Pseudo : fantasy ♢ Wons : 5030 ♢ Avatar : pouty yoongi ♢ Crédits : moneyhoney (avatar) mnyunki (signature)

♢ Occupation : voleur d'objets plus ou moins précieux. parfois de la simple nourriture jusqu'à des oeuvres très précieuses, receleur, il stocke pour revendre à bien plus riche que lui.
♢ Age : parfois, vingt-quatre ans, d'autres il n'en a que vingt ou même ben plus. tout dépend de l'identité qu'il se donne. tout dépend de sa proie
♢ Situation : célibataire. à la recherche de l'amour. ça c'est ce qu'il avoue aux personnes qu'il essaie de séduire. C'est tellement plus facile d'en amadouer certains en leur faisant croire qu'on est fleur bleue. le vrai wonjae lui ne sait pas ce qu'est l'amour. il n'en veut pas. il n'a pas besoin de ca. le sexe lui suffit.
♢ Yours :
miss you so much


hyungi (key) #99aacc

 remember me ~ Jae² | Lun 24 Avr - 21:37

Un rêve. Revoir Youngjae aurait dû être un rêve qui se réalisait. Pourtant, rien ne se passait comme il l’aurait désiré. Au fond, Wonjae ne savait pas ce qu’il aurait voulu, mais pas ça. Certainement pas ça. Son ancien ami le menaçait, le regard débordant de colère. Qu’avait-il espéré ? Il l’avait abandonné, brisant toutes leurs promesses d’enfants innocents. Aucun d’eux ne semblait avoir gardé sa pureté enfantine. Lui l’avait perdue depuis bien longtemps mais il avait espéré que son jeune ami s’en sortirait mieux. Trop de questions envahissaient son esprit mais Wonjae ne savait plus s’il en voulait les réponses. Lâche, encore une fois, il aurait préféré faire l’autruche, fuir les problèmes.

Etre attaché ne lui rappelait que trop son passé en Corée du Nord. Insupportable pour un jeune homme qui ne respectait plus aucune règle depuis son arrivée. Il vivait. Mal certes, mais c’était sa vie. Il avait tant voulu être libre alors se retrouver complètement à la merci de quelqu’un à nouveau le rendait malade. Ses mots, menaçants, dépassaient sa pensée. Jamais il n’aurait voulu parler de la sorte à Youngjae mais celui-ci l’y avait poussé, non ? Wonjae était terrifié de l’image que lui renvoyait celui qui avait été si doux par le passé. Un passé bine trop loin à présent. Les traits désormais fins de Youngjae n’avaient plus rien d’angéliques. Ses actes non plus. Etait-ce son pays qui avait façonné ce guerrier ? Cet être en colère ? Ou était-ce la fuite de Wonjae ? Sûrement les deux. La haine que le plus jeune éprouvait pour son ainé lui paraissait démesurée.

La violence du coup fit gémir Wonjae de douleur. Tout son être fut irradié par le choc de ce geste. Touché autant physiquement que moralement, le plus âgé ne sut quoi répliquer. Son ancien ami n’était plus la personne qu’il avait connue. C’était une terrible constatation. De quoi était-il réellement capable ? De prime abord, Wonjae s’était dit que son cadet ne faisait ça que pour l’impressionner mais qu’il ne serait jamais capable d’aller au bout. Maintenant, il n’était plus sûr de rien. La haine qu’il pouvait voir n’était pas rassurante. « Tu n'es pas en position de me provoquer, Wonjae. Ne joue pas avec mes nerfs ou ton sursis sera de courte durée. » La violence paraissait être sa seule option et s’il continuait ainsi, Wonjae se viderait de son sang avant le lever du soleil. Face à lui, Youngjae n’était plus. Non, il ne voyait plus qu’un pantin de Corée du Nord. Le même que tout ceux qui obéissaient au pouvoir, qui violentaient les plus faibles. Wonjae n’avait pas voulu ça pour lui, ni pour son ami mais celui-ci était trop obnubilé par le système par le passé. C’était ce qui l’avait empêché de le suivre, aveuglé par une société autoritaire. « Alors.. c'est ça, ta notion de la liberté ? C'est pour ça que tu nous as trahi ? Que tu nous as fui ? C'EST POUR CE CA QUE TU M'AS ABANDONNE ?!! C'EST POUR CA QUE TU AS DESERTE ET QUE MES PARENTS SONT MORTS ??!! » Wonjae aurait voulu répondre d’un ton sarcastique avant d’entendre les dernière paroles de son ancien ami. « Mes parents sont morts. Mes parents sont morts. Mes parents sont morts. Mes parents sont morts. Mes parents sont morts. Mes parents sont morts. » Cette phrase horrible tournait dans sa tête. Les gens qui l’avaient recueilli et traité comme leur propre fils n’étaient plus de ce monde et Youngjae l’en accusait. Le blond comprenait mieux sa fureur mais pourquoi l’accusait-il lui ? Il n’était pas présent, comment aurait-il bien pu les tuer ? Wonjae ne comprenait rien mais plus les minutes s’écoulaient et moins le jeune homme avait envie de comprendre. La peur de la réponse lui tordait le ventre.

Un fou furieux se tenait devant lui et Wonjae n’avait aucun moyen de se défendre. Entendre la sécurité être ôtée lui attira un frisson de panique. Il n’avait plus eu si peur depuis l’armée, depuis les coups de ses supérieurs, depuis sa fuite. Aujourd’hui, il craignait d’être tué par la personne qu’il avait aimé le plus au monde. « Je pourrais t'exploser la cervelle en une simple pression du doigt. Je pourrais te tuer. Te faire disparaître. Et personne ne te pleurerait ! PERSONNE ! Car ceux pour qui tu comptais vraiment, ceux qui t'ont aimé, tu les as laissé derrière pour vivre ta vie minable de soit-disant homme libre. » La gorge nouée, Wonjae observait la lueur destructrice voiler le beau regard de son ancien ami. Un instant il crut qu’il allait tirer. Oui, il pensait sa dernière heure venue. Lui qui ne s’était jamais laissé faire, lui qui avait la réplique facile depuis qu’il était enfin libre, se retrouvait muet devant la folie d’un être cher. Lorsque Youngjae remit la sécurité du pistolet, Wonjae reprit une grande bouffée d’air ne s’étant pas rendu compte que sa respiration s’était stoppée sous la peur.

Le soulagement fut de courte durée, son corps encaissa les coups d’une violence extrême. Peut-être ne le tuerait-il pas par balle mais de ses propres mains. Wonjae sentait chaque partie de son corps souffrir sous les assauts du plus jeune. Dents serrées, il ne laissa que de faibles gémissements de douleur s’échapper d’entre ses lèvres abimées. Par fierté, il ne crierait pas, mais il en avait tellement envie. C’était si douloureux. « Je te laisse... une chance…Une seule chance... de t'expliquer. Dis moi, Wonjae. Dis moi donc ce qu'il y avait de si exceptionnel à trouver ici. Qu'est-ce qu'il y a de si spécial qui mérite de trahir ta famille, ton meilleur ami, sans même penser à ce qu'il adviendra d'eux après ton départ. Qu'est-ce qui vaut la peine d'être lâche, égoïste. Qu'est-ce qui vaut la peine d'être un enfoiré, un monstre dans ton genre... » Qui était donc le monstre à présent ? Wonjae avait plutôt l’impression qu’il s’agissait de son assaillant. Il était prêt à tout pour le faire souffrir et sentir ses dents contre sa joue vrilla son estomac. Qu’avaient-ils fait de lui ? « DIS MOI !! » Son cri lui transperça autant les tympans que le cœur. Il y avait une telle haine mêlée à une infinie détresse. « Youngjae… » murmura-t-il à but de souffle. Il souffrait le martyr physiquement mais ce n’était rien comparé à la douleur mentale qui lui rongeait l’esprit. « Calme-toi… Je t’en supplie… » Phrase inutile, il le savait. Il ne se calmerait pas et risquait même de s’énerver un peu plus encore après ses réponses. Wonjae n’avait aucune excuse. « Tes parents... ils… ? » Impossible de prononcer le mot. Peut-être que s’il ne le disait pas, la réalité resterait loin de lui ? Il ne voulait pas croire à leur disparition.

« Je t’ai dit… Je t’ai dit que je voulais être libre. La vie c’est pas passer dix ans à servir une armée, à se faire taper dessus pour n’importe quelle raison… » En parler ravivait un peu plus les blessures du passé déjà bien rouvertes par l’arrivée de Youngjae. « Je n’ai jamais voulu te faire du mal. Je n’ai jamais voulu que tu souffres. Je voulais que tu viennes ! Je t’ai demandé des centaines de fois de me suivre. Je voulais que tu sois avec moi ! » Là, il ne mentait pas. Wonjae avait pensé que son ami cèderait jusqu’à ce qu’il comprenne que jamais il ne trahirait sa patrie. « J’ai brisé notre promesse mais en refusant de venir avec moi, ne l’as-tu pas brisée aussi ? T’as pas pensé à moi. Tu savais ce que je subissais. Tu savais que je n’en pouvais plus. » C’était la fuite ou la mort. Wonjae avait pensé à la deuxième option. Mais n’était-elle pas encore plus lâche qu’un départ ? « Oui, j’ai été égoïste, mais je ne pouvais plus… Je pouvais pas. T’avais qu’à m’accompagner ! T’avais qu’à me soutenir plutôt que de faire le petit mouton et suivre les traces de ceux qui me martyrisaient ! » Il savait qu’il jouait sa vie, mais il voulait que Youngjae comprenne son point de vue. N’avait-il pas demandé des explications ? Ce n’était sûrement pas celles qu’il voulait mais il n’en aurait pas d’autres.





Hold your heart, hold your hand would be to me, the greatest thing. to hold your heart, to hold your hand would be to me, the bravest thing.
Could you take my place and stand here? I do not think you would take this pain. You'd be on your knees and struggle under the weight.
Revenir en haut Aller en bas
staff of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 137 ♢ Arrivée : 06/03/2017 ♢ Pseudo : billpazuzu ♢ Wons : 196 ♢ Avatar : Park Jimin ♢ Crédits : nana(c) (merciiiii merci merci)

♢ Occupation : le chercher, le trouver, le tuer.
♢ Age : la vingtaine désabusée.
♢ Situation : empli de haine. l'amour n'est pas pour lui. il n'est pas disponible pour des sentiments pareils.
♢ Yours :


 remember me ~ Jae² | Lun 12 Juin - 8:35

remember me
wonjae ♢ young jae
Une explosion. Comme une explosion dans son crâne. Son esprit était éparpillé en millier de petits débris. Et de ces débris n'irradiaient que de la haine, de la violence et de la rancoeur, agrémentés de folie. Sous les décombres, l'ancien Youngjae étouffait sûrement. Tu, aveuglé. Il n'était plus capable de penser. Plus capable de contrôler réellement ses faits et gestes. Reconnaîtrait-il seulement son nom s'il l'entendait ? Rien n'était moins sûr. Et pourtant... « Youngjae… » juste un murmure et pourtant, ce dernier eût le mérite de lui faire relever le visage et regarder Wonjae droit dans les yeux. Juste un bref instant de lucidité avant que son visage ne se crispe à nouveau sous les émotions négatives qui le possédaient. « Calme-toi… Je t’en supplie… » Une phrase qui n'avait en aucun cas le pouvoir escompté par son émetteur. Et il allait le lui faire comprendre, ouvrant la bouche mais il n'eût pas le temps de dire quoi que ce soit que la suite des propos de sa victime l'en empêchèrent. « Tes parents... ils… ? » Pourquoi parlaient-ils d'eux ? Qu'en avait-il à faire ? Il était parti, non ? Alors quoi ? Pourquoi voulait-il en savoir plus ? Pourtant il ne s'insurgea pas. Non... Car les souvenirs lui arrivaient par vague. « Mes parents... » répéta-t-il, les yeux à présent perdus dans le vide, ne voyant plus sous ces derniers le visage de celui qu'il venait de torturer. « Mes parents... » dît-il encore avec un sourire amer. Il se rappelait de leurs peaux blafardes. De leurs mains liées. De leurs visages paisibles. Et de l'odeur... L'odeur si forte, étouffante qui l'avait pris à la gorge jusqu'à la nausée, jusqu'au vomissement. L'odeur... C'était ça le pire. Et il avait encore la désagréable impression qu'elle léchait encore son nez agressivement. « Suicide. » énonça-t-il froidement, comme s'il ne ressentait plus rien. C'était pour ne pas montrer qu'il ressentait encore tout.

Maintenant., il attendait les réponses à ses questions. Et il commençait à s'impatienter. Si bien que la main qu'il avait gardé jusqu'alors sous le menton de Wonjae glissa en direction de sa gorge qu'il était prêt à serrer. L'idée de le voir virer du rouge au bleu par une simple pression de la main autour de son cou frêle avait quelque chose de très excitant. Ce sadisme, ça ne lui ressemblait tellement pas. Youngjae était si loin, à nouveau enfoui sous les gravats qu'était le chaos de son propre esprit. Mais avant qu'il ne commence à serrer de ses doigts, le garçon décoloré prît la parole. « Je t’ai dit… Je t’ai dit que je voulais être libre. La vie c’est pas passer dix ans à servir une armée, à se faire taper dessus pour n’importe quelle raison… » Etait-il idiot ? Encore cette rengaine. Mais pensait-il aux valeurs que ce service militaire portait ? Le patriotisme, ne connaissait-il pas ? Ils faisaient ça pour leur pays ! Pour la gloire de ce dernier, pour la défendre, perpétrer son pouvoir, sa suprématie. Pourquoi était-il comme ça ? Il ne comprenait pas. Il ne comprenait rien. Il n'avait jamais compris. « Je n’ai jamais voulu te faire du mal. Je n’ai jamais voulu que tu souffres. » Il eût envie de lui cracher un « Oups, c'est râté ! » bien placé mais il se ravisa. Il était fatigué de faire du sarcasme. « Je voulais que tu viennes ! Je t’ai demandé des centaines de fois de me suivre. Je voulais que tu sois avec moi ! » A ces derniers mots, il tiqua. Se tendant il fronça les sourcils plus encore si c'était possible. Menteur ! Hypocrite ! Voulût-il crier. Mais il se tût, une fois de plus. Il voulait en entendre plus. « J’ai brisé notre promesse mais en refusant de venir avec moi, ne l’as-tu pas brisée aussi ? T’as pas pensé à moi. Tu savais ce que je subissais. Tu savais que je n’en pouvais plus. » Qu'essayait-il de faire, exactement ? De retourner la situation contre lui ? De le faire culpabiliser ? De le tenir pour responsable de cette situation ? Oh non. Certainement pas ! Ca ne marcherait pas ! Il lâcha un rire narquois à ses propos. Mais il sentait que Wonjae n'avait pas fini son discours. Alors il le laissa continuer. « Oui, j’ai été égoïste, mais je ne pouvais plus… Je pouvais pas. T’avais qu’à m’accompagner ! T’avais qu’à me soutenir plutôt que de faire le petit mouton et suivre les traces de ceux qui me martyrisaient ! » Et là, il ne tînt plus, il agrippa sa gorge de ses phalanges rugueuses. Il était las et agacé de l'entendre encore et encore répéter qu'il n'était qu'un dévot du dogme Nord Coréen, qu'un pion parmi tant d'autre. Mais il n'avait jamais essayé de se mettre à sa place non plus. Appartenir à un groupe, soudé, c'était important. Défendre sa patrie, c'était leur devoir ! Mais il ne le voyait pas. Il ne voyait que le négatif. Ce dont il ne se rendait pas compte non plus, c'est qu'il n'avait pas été le seul à souffrir. « Tu crois être le seul... à avoir dû endurer les conditions de vie au camp ? » Ses ongles se plantaient dans la peau laiteuse de Wonjae qui rougeoyait à vue d'oeil. Finalement, il le relâcha. « Moi aussi, j'ai dû accuser les coups. Moi aussi, j'ai connu le manque de nourriture. Moi aussi j'ai subi le bizutage et les violences quotidiennes des autres. Moi aussi. Mais j'ai tenu le coup, figure toi. J'ai enduré parce que... je n'étais pas seul. Parce que tu étais là. Avec moi. Et que c'était tout ce qui comptait. » Son ton était lent, à peine ponctué de quelques intonations pour marquer la fin de ses phrases. Il relâcha finalement la pression de ses doigts et se redressa. S'asseyant dos à Wonjae, sur le bord du lit, frappé par une claque nostalgique, il continua, de ce ton sans nuance. « J'en avais rien à faire d'avoir mal, de pas manger, des entraînements intensifs alors que j'étais pas athlétiques du tout. De la violence des autres, de leurs baffes, leurs tortures. J'm'en fichais éperdument... Parce que j'avais quelque chose auquel me rattacher. La chose la plus importante que j'avais au monde. Toi. » C'était tout ce qui comptait à l'époque. Leur amitié. Ce lien qu'il pensait indéfectible, indestructible. Il s'était tellement fourvoyé.

Soupirant longuement, il lui apparût comme une évidence qu'une étape décisive dans leurs « retrouvailles » venait de se terminer. Il avait toujours eu un plan en tête en venant en Corée du Sud : le trouver, l'interroger, l'éliminer. Le premier épisode avait été fastidieux. Il avait paru durer une infinité de jours, de semaines, de mois... L'interrogatoire, lui, avait été rapide. Presque comme s'il avait ça dans le sang. Ou bien le service militaire portait-il enfin ses fruits. Maintenant, le temps de l'exécution était venu, à présent qu'il avait eu ses réponses. Et il constatait, sans trop de surprise que Wonjae ne ressentait aucun remord suite à son départ. Aucun qu'il ne prononçait en tout cas. Il n'était pas désolé. Il ne s'excusait de rien. Il regarda ses mains, remarquant enfin les dégâts que ses propres coups avaient eu sur ces dernières. Le sang de Wonjae était à présent sec et ne formait plus qu'une simple traînée marronnâtre au creux de sa paume. Il en avait jusque sous ses ongles déjà salis par ses déboires dans les rues. Dans d'autres circonstances, il aurait paniqué à cette vue, à ses propres actes. Mais pas là... Lentement, Youngjae se leva et se tourna vers celui qu'il tenait pour responsable de tous les malheurs qui s'étaient abattus sur lui. Il reprît son flingue et le leva à nouveau, en direction de celui qui lui avait été si cher. Il retira une fois de plus la sécurité. Le moment était venu... « Tu sais pourquoi je vais te tuer... n'est-ce pas ? » Il n'attendait pas de réponse. C'était une question rhétorique. Il ne tremblait plus, ce constat l'étonna lui-même. Etait-ce la preuve que l'instant t était arrivé pour que son geste soit si assuré ? Souriant doucement, retrouvant presque le visage qu'on lui connaissait le plus, il regarda autour de lui, distraitement. « Pour ça, pour un petit appartement à Daegu, tu as fait une croix sur ta famille. Sur nous. Sur moi. » Il détaillait les meubles, les murs, chaque détail, les découvrant vraiment à présent. Il ne voyait pas ce que tout ça avait de transcendant ou de si différent du monde d'où ils venaient. « Quand tu as déserté, tu nous as condamné. Mes parents sont devenus des traîtres. Ils portent le poids de tes décisions sur les épaules. Portaient... Parce qu'ils se sont tués. » Il revînt se concentrer sur Wonjae, caressant de son index la gâchette de son arme. « Tu nous as abandonné. Tu m'as abandonné. Et... au fond... Eux aussi l'ont fait. » Alors qu'il prononçait ces mots, il se mît à pleurer. Sans même qu'il s'en rende compte. Ses joues se retrouvèrent noyées et sa voix s'enroua sans qu'il ne puisse rien contrôler. « J'ai encore une question, avant qu'on se quitte définitivement. » lâcha-t-il malgré les sanglots qui commençaient à lui secouer les épaules et à lui serrer la gorge. Mais il ne pût poser sa question, le poids des larmes devenant trop lourd. Il baissa la tête et laissa les pleurs l'envahir. C'était dur de se rendre compte de certaines choses. Et surtout, qu'il n'était rien. Rien d'autre qu'un encombrant qu'on laissait derrière sans se retourner. Rien d'autre qu'un élément du décor qu'on finissait par oublier. Rien du tout. Insignifiant et inutile. Et seul. Il ne comptait pour personne. Et il n'était plus sûr que ça eût été le cas un jour. Car personne n'avait jamais eu le courage de rester à ses côtés. Pas ceux, en tout cas, pour qui il aurait tout donné.

Finalement, après de longues minutes, les larmes se tarirent. Il souffla pour calmer sa respiration fébrile, prît le temps d'essuyer de sa manche ses joues, ses yeux et même son nez. Puis, reprenant ainsi contenance, il releva la tête en reniflant et flanqua à nouveau son regard dans les yeux de Wonjae, visant de façon presque experte en direction de son crâne. Mais avant de tirer, il poserait sa question. Il inspira et dans un souffle, lui demanda enfin « Est-ce que tu m'as jamais aimé ? ». Est-ce qu'une quelconque réponse à cette question serait synonymes pour Wonjae de rédemption ? Peut-être pas. Mais le vieux Youngjae qui s'était peu à peu réveillé, lui, saurait peut-être se montrer magnanime et lui accorder le pardon.. ? Alors qu'il était si sûr de vouloir se débarrasser de lui, par vengeance, quelques minutes plus tôt, il n'était à présent plus sûr de rien.




Now he's gone, I dont know why. And till this day sometimes i cry. He didn't even say goodbye. He didnt take the time to lie. Bang Bang.
Revenir en haut Aller en bas
staff of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t484-wonjae-please-don-t-make-any-sudden
avatar
♢ Messages : 3331 ♢ Arrivée : 22/08/2016 ♢ Pseudo : fantasy ♢ Wons : 5030 ♢ Avatar : pouty yoongi ♢ Crédits : moneyhoney (avatar) mnyunki (signature)

♢ Occupation : voleur d'objets plus ou moins précieux. parfois de la simple nourriture jusqu'à des oeuvres très précieuses, receleur, il stocke pour revendre à bien plus riche que lui.
♢ Age : parfois, vingt-quatre ans, d'autres il n'en a que vingt ou même ben plus. tout dépend de l'identité qu'il se donne. tout dépend de sa proie
♢ Situation : célibataire. à la recherche de l'amour. ça c'est ce qu'il avoue aux personnes qu'il essaie de séduire. C'est tellement plus facile d'en amadouer certains en leur faisant croire qu'on est fleur bleue. le vrai wonjae lui ne sait pas ce qu'est l'amour. il n'en veut pas. il n'a pas besoin de ca. le sexe lui suffit.
♢ Yours :
miss you so much


hyungi (key) #99aacc

 remember me ~ Jae² | Mer 12 Juil - 14:58

Embrouillé.
Son esprit ne parvenait plus à fonctionner. Youngjae était face à lui. En colère. Pire, il lui annonçait des choses qu’il aurait préféré ne jamais entendre. Les personnes qu’il considérait comme sa deuxième famille étaient décédées. Parties. A tout jamais. Etait-ce de sa faute à lui ? Youngjae n’hésitait pas à l’en accuser. « Suicide. » Wonjae avait-il actionné la gâchette ? Fait le nœud de la corde ? Non. Pourtant, il ne parvenait plus à chasser cette culpabilité qui commençait à le ronger. Il ne les avait pas assassinés de ses propres mains mais le résultat semblait être le même aux yeux de leur fils. Celui qu’il aurait dû considérer comme son frère. Celui qu’il aurait dû protéger, aimer.

Oh ça il l’avait aimé. Beaucoup trop. Ça lui avait rongé le ventre. Ça l’aurait presque fait rester. Mais son besoin d’air avait été plus fort. Promesse brisée, Wonjae est parti sans se retourner. Oubliant l’amour naissant, taisant un peu plus ses désirs. Oui, il avait échangé une vie en compagnie de Youngjae contre sa liberté. Oui, il avait été égoïste mais il assumait. C’était ça ou une mort certaine. Sous les coups des gardes ou par la froideur de ses propres mains.

A quoi bon s’expliquer ? Youngjae ne serait jamais du même avis que lui. Il ne comprendrait pas. Il n’avait pas compris son envie d’ailleurs par le passé, pourquoi aujourd’hui cela serait-il différent ? Les mots sortaient, trop fébrilement. Ils faisaient un mal de chien, ravivant des souvenirs que Wonjae peinait à enfouir depuis plusieurs années. Mais au fond, était-il le seul en tort ? Le seul à avoir brisé leur promesse ? Non. Youngjae n’avait pas voulu le suivre, Youngjae avait choisi la son pays, la Corée du Nord. S’il avait franchi la frontière avec lui, aujourd’hui ils n’en seraient pas là tous les deux. Peut-être que si. Les parents du jeune homme se seraient sûrement donnés la mort par honte. Youngjae lui en aurait voulu. Il aurait été le responsable à ses yeux. Aucune solution ne trouvait grâce aux yeux de Wonjae. Rester là bas aurait été synonyme de sa mort à lui. Il avait été égoïste. Point barre. Et il assumait ses choix. Evidemment qu’il n’avait jamais souhaité la mort de personne, qu’il n’avait pas eu envie de perdre son ami. Mais il n’avait pas pu faire autrement. Il n’en démordrait pas.

Peut-être était-ce la mauvaise tactique mais il s’en fichait. S’il devait mourir cette nuit, Wonjae voulait rester libre de ses idées. Les affirmer. Malgré la violence de l’emprise de Youngjae sur sa gorge, le blond ne put retenir un rire amer. Il avait fui la Corée du Nord, en proie à une mort certaine et finalement, celle-ci la rattrapait. N’avait-il jamais eu aucune chance dès le départ ? Son avenir était-il tout tracé ? Destiné à mourir à cause de ce putain de pays ? « Tu crois être le seul... à avoir dû endurer les conditions de vie au camp ? » Evidemment que non. Wonjae savait que beaucoup d’hommes dont son meilleur ami étaient passés par là et beaucou d’autres y passeraient encore, malheureusement. « Moi aussi, j'ai dû accuser les coups. Moi aussi, j'ai connu le manque de nourriture. Moi aussi j'ai subi le bizutage et les violences quotidiennes des autres. Moi aussi. Mais j'ai tenu le coup, figure toi. J'ai enduré parce que... je n'étais pas seul. Parce que tu étais là. Avec moi. Et que c'était tout ce qui comptait. » L’emprise cédant, Wonjae prit une grande bouffée d’air, soulagé de pouvoir encore le faire. « J’le sais tout ça » avoua-t-il de façon cinglante. Seulement, ça ne l’avait pas empêché de partir. Non. Ils revenaient toujours au point de départ. « J'en avais rien à faire d'avoir mal, de pas manger, des entraînements intensifs alors que j'étais pas athlétique du tout. De la violence des autres, de leurs baffes, leurs tortures. J'm'en fichais éperdument... Parce que j'avais quelque chose auquel me rattacher. La chose la plus importante que j'avais au monde. Toi. » Endurci depuis des années, Wonjae n’avait plus souffert de la sorte depuis bien longtemps. Son cœur qu’il soupçonnait être devenu insensible après avoir perdu Youngjae venait de se réveiller avec son retour. Bon sang, c’était douloureux d’éprouver ce genre de choses, d’entendre des mots aussi forts mais qui paraissent complètement incompréhensibles. N’aurait-il pas dû lui répondre ? Lui avouer que lui aussi avait fortement compté ? Pas assez pour le placer comme « chose la plus importante », malheureusement. Pour Wonjae ça avait été sa survie. Mais n’était-il pas mort en le quittant finalement ?

Qu’allait-il devenir ? Youngjae allait-il l’achever ? Youngjae sembla entendre son questionnement intérieur puisqu’il ajouta presque trop doucement : « Tu sais pourquoi je vais te tuer... n'est-ce pas ?
Pour ça, pour un petit appartement à Daegu, tu as fait une croix sur ta famille. Sur nous. Sur moi.
» Il n’en était pas fier, mais il l’avait dit et redit, s’il fallait le refaire à l’identique, il n’hésiterait pas. « Quand tu as déserté, tu nous as condamné. Mes parents sont devenus des traîtres. Ils portent le poids de tes décisions sur les épaules. Portaient... Parce qu'ils se sont tués. » Serrant les dents, Wonjae sentait la colère monter de nouveau en lui. Cette situation le dépassait, son ancien pays le mettait en rogne. Comment pouvait-on en arriver là hein ? « Tu nous as abandonné. Tu m'as abandonné. Et... au fond... Eux aussi l'ont fait. » Wonjae réalisa uniquement à cet instant que Younjae n’avait plus personne. Là bas, le blond avait espéré qu’ils se soutiendraient, sa famille adoptive. Pourquoi avaient-ils abandonné leur fils pour un garçon qui n’avait pas leur sang dans les veines ? Wonjae leur en voulaient d’avoir cédé aux caprices d’un pays. « J'ai encore une question, avant qu'on se quitte définitivement. » Le voir pleurer lui fit mal. En voulant se sauver d’une dictature, il n’avait fait que retarder l’échéance de sa mort. Seulement il avait entrainé avec lui la famille de Youngjae. Ça en avait valu le coup ? Égoïstement, il avait envie de répondre que « oui », il avait au moins pu vivre normalement pendant plusieurs mois.
Oui. Mais à quel prix ?

Celui de la mort.
Ignorant tant bien que mal le canon pointé sur lui, Wonjae fixa le visage abimé de celui avec qui il aurait dû partager sa vie. Au moins, il la finirait avec lui. « Est-ce que tu m'as jamais aimé ? Surpris, Wonjae cligna des yeux. Son meilleur ami avait fini par douter de ses sentiments. Comment lui en vouloir ? A sa place, abandonné de tous, Wonjae aurait sûrement réagi de la même façon. Mais il ne savait pas ce que c’était d’être dans la peau de Youngjae. Oui il avait perdu ses parents mais dans d’autres circonstances. Il n’avait pas été abandonné mais recueilli par des gens aimants. Pourtant son cœur s’était éteint. Jusqu’à aujourd’hui. « Je t’ai toujours aimé » avoua-t-il tentant de dissimuler sa fébrilité. Il allait crever de toute façon alors à quoi bon lui cacher ce qu’il avait pu ressentir. « Même si je me suis tiré, je t’aimais. » S’ouvrir aux sentiments passés réveilla tous ses autres sens. La douleur qui irradiait son corps suite aux coups, la peur de mourir, ses regrets. Tout le submergea. « Jae, si tu dois m’tuer aujourd’hui, n’oublie pas que je ne t’ai pas abandonné parce que je ne t’aimais pas. C’était pas ça. Je t’aimais énormément. C’était pas une façon de le montrer c’est vrai… Mais je ne pensais pas tenir plus des quelques semaines de plus là dedans… » Pour la première fois depuis très longtemps, Wonjae sentit les larmes ruisseler sur ses joues salies. « J’pensais pas que tes parents feraient ce choix. J’suis parti en ayant la certitude que vous vous soutiendriez… que vous traverseriez ça ensemble. » Baissant finalement la tête, Wonjae souffla tristement. « J’ai une dernière question, moi aussi… » Prenant une longue inspiration, le blond riva ses yeux dans ceux de son ami pour ce qui allait sûrement être la dernière fois. « Tu vas faire quoi après ? Si tu me tues, tu seras vraiment seul Jae. » Le plus jeune avait abandonné la Corée lui aussi, il ne pourrait sûrement jamais y retourner. Qu’allait-il faire de sa vie ? « Même si tu n’me dois rien, promets-moi de ne pas retourner l’arme contre toi. »




Hold your heart, hold your hand would be to me, the greatest thing. to hold your heart, to hold your hand would be to me, the bravest thing.
Could you take my place and stand here? I do not think you would take this pain. You'd be on your knees and struggle under the weight.
Revenir en haut Aller en bas
 
remember me ~ Jae²
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Remember Austen - le RPG du XIXe
» SUTTON+POPPY-ANN ø we used to be friends, remember ? ø APPARTEMENT#4
» GALWAY RPG [IRLANDE] ☆ I'll Always Remember

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wassup daegu. :: DAEGU 대구 :: DONGSEONG-RO 동성로 :: HABITATIONS-
Sauter vers: