Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

aidez-nous faire à décoller et promouvoir le forum en votant sur les topsites !
bienvenue sur wassup daegu, le forum a ouvert le 23/10/16 !
la partie histoire de la fiche de présentation est désormais obligatoire, mais totalement libre !
une fois que vous êtes validés, n'oubliez pas de remplir les champs de votre profil !
pensez à remplir votre fiche rps pour éviter d'être supprimés !
la version 9 a débarqué sur le forum le 20/06/17 ! ❅
bravo à lim suhee et moon sua, nos membres du mois
venez voir la maj par ici !
pour en savoir plus sur l'intrigue c'est parici !

Page 2 sur 2
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1450-sanggyyun-j-ai-tout-donne-au-solei
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Dim 28 Mai - 8:49



July & Gunnie
↬ You let our heads shrink, you let our minds sink, I've heard this before ↫

Tu as légèrement roulé les yeux, sa phrase n'avait rien de particulier mais ça sonnait tout droit sorti d'une de ces séries que les adolescentes regardent. Tu te demandes si ton coeur aurait dû battre à ce moment-là, tu te demandes si cela aurait dû te faire quelque chose.
Faire voler les papillons dans ton estomac -mais l'alcool les a rendus trop lourd.
Faire briller quelque peu ton regard -mais l'alcool a fini par l'embuer.
Alors ça ne t'a rien fait, ses mots. Ils ont volé dans les airs comme ça et c'est comme si tu les avais ignoré.
Tu es là, ce n'est pas une bonne chose que tu sois là, pourquoi est-ce qu'il dit ça. Tu aimerais être ailleurs, pas avec lui, avec personne d'ailleurs. Pas avec ce genre de personnes qui ont décidé que c'était le jour de l'oublie, le jour de la peine.
Vous buvez tous votre mort en espérant qu'elle soit plus douce mais tu sais que c'est un mensonge et tu sais que demain, la douleur que tu fuyais ne se fera que plus présente encore.
Comme un coup dans le ventre.
Comme un coup dans le coeur.

Mais quand même tu souris.
Tu mets ça sur le compte du sucre qui encore effleure tes papilles, tu mets ça sur le compte de l'alcool qui ne te fait pas marcher correctement.
Ton esprit se fait la malle, t'as l'âme qui se déboite.
« Ça en vaut jamais la peine, finissent tous par partir... » tu as articulé dans un haussement d'épaule, tes yeux rivés sur l'or brûlant à ton annulaire. Mais dans le brouhaha ambiant, tu n'es même pas certain qu'il t'a entendu. Sanggyunie, tu devrais parler plus fort..., ce n'était même pas une question, un ordre caché derrière une douceur, un ordre un peu sucré.
Le sucre est amer.

T'es loin de ta posture fière quand soudainement tu t'affales un peu, joue dans la paume, coude sur le comptoir. T'as la flemme d'être droit ce soir, flemme d'être quelqu'un que tu n'es pas. T'as la flemme de faire croire que t'es fort quand vous êtes tous là pour pleurer votre désespoir dans les limbes alcoolisées. Alors tu t'étales, te laisses presque glisser et ton regard légèrement plissé essaye toujours de distinguer les traits de celui qui ne veut plus être un inconnu.
Tu t'attendais à ce qu'il parle, qu'il te dise des choses, encore et encore, avec des grands gestes imbibés. Mais non.
Il veut cela un peu plus intimiste.
Il veut ton prénom alors qu'il aurait pu ne jamais le demander ; tu as ris, mais tu ris pour rien.
« Dea Sanggyun » Le nom claque et glisse sur ton langue pour ne sortir qu'en un son trouble ; il faut tendre l'oreille si l'on veut savoir qui tu es et il n'a qu'à tendre l'oreille pour récupérer en son creux le son de ta voix.
« Et toi ? » si ça avait été quelqu'un d'autre, peut-être aurais-tu dit vous, mais tu n'avais déjà pas commencé ainsi. Ta mère serait en colère -où est ton respect jeune homme, mais si dehors tu te serais senti écrasé, ici, vous êtes tous à égalité.
« Mais j'suis désolé si je m'en souviens pas.. », ce qui serait presque mignon, c'est que l'alcool te rend sincère. Peut-être est-ce vrai et peut-être es-tu vraiment désolé de ne pas t'en souvenir -mais quelque chose te dit qu'il te fera mentir et que son nom sera gravé ici et là ce soir, et ça t'a fait sourire dans ton verre.
Soudainement, toi aussi tu es sucré.
⇜ code by bat'phanie ⇝




Mon pauvre coeur, je te le donne pour un regard de tes beaux yeux
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Dim 28 Mai - 17:07

Ils disent tous qu’il faut se faire à la vie. Alors à la vie on dit oui et à l’envie on dit 'si'; et à l’avenir on pense peut-être qu’on aura le temps de s’y remettre... Et puis on mate sa destinée se distiller dans une eau de vie.


Drôle de garçon que ton compagnon d’un soir.
Une voix si douce, si discrète qu’il semble prêt à s’évaporer à tout instant.
Est-il réellement là ? Tu n’es sûrement pas assez ivre pour te pencher sérieusement sur la question, alors tu te rapproches simplement. Tu tends l’oreille, tu te baisses un peu vers lui. Tu ne te tiens pas droit, toi non plus. Tu te courbes, tu t’adaptes pour mieux comprendre celui qui représente l’inconnu.
Ne déteste-t-il pas ta voix qui porte même lorsque tu veux te faire secret, ton ton assuré qui hurle « je suis là, regardez-moi » ?

Mais il ne dit rien, il se contente de te regarder, de t’analyser comme tu l’as fait un peu plus tôt. Peut-être que sa vue est-elle aussi floue que la tienne, peut-être vous joue-t-elle des tours.
Tu le reconnaîtrais sûrement dans la rue, tu n’oublieras pas ses cheveux colorés, son visage fin, ses yeux plissés comme si il cherchait à lire quelque chose sur ton visage, cette attitude plus si différente de la tienne à cette heure-ci. Tu te souviendras de formes, d’idées.
Les détails, tu les laisses à d’autres. Tu n’es pas là pour les chercher, pas ce soir.
La serveuse derrière le comptoir peut s’amuser à compter les grains de beauté sur son visage, les veines sur ses mains, les différentes nuances de couleur dans ses cheveux, toi tu t’en fous bien.
Toi tu as besoin d’un nom, juste ça. Un nom qui fera l’individualité de cette forme, de cette idée devant toi.

Dea Sanggyun.
Tu risques de ne pas t’en souvenir, toi non plus. Il te suffit juste de le retenir pendant quelques heures, après tout.
Il murmure à peine et toi tu t’approches encore un peu plus, les yeux rivés sur le goût d’une autre vie que tu lui as offert, sur la couleur irréelle du mélange, sur ce sucre qui ne t’attire absolument pas, pourtant tu es plongé dans ce milieu si sucré depuis ta naissance.
Une gorgée de ton amertume pour ne plus y penser.

« Hong ChulHei. Ou juste July. Je n’ai pas envie de faire dans la politesse ce soir. »

Parce que faire dans la politesse, c’est se fermer des portes, non ? T’as pas envie de perdre ton temps, t’es pas là pour entamer une belle amitié avec lui, t’es là pour ne pas penser à grand-chose.
Un sourire étire tes lèvres. T’es trop proche de lui -il n’a qu’à parler plus fort aussi, il risque d’avoir peur, de partir, de te laisser. Toi tu veux le rassurer, ou te rassurer, alors tu souris. Tu t’es rapproché pour l’entendre, c’est tout. C’est comme ça que ça marche, la communication.

« T’es pas trop jeune pour être ici, toi ? »

Tu plaisantes -tu essaies, et tu laisses t’échapper un rire gras, un peu idiot, un peu maladroit peut-être. Tu ne sais même pas vraiment si l’autre fait vraiment jeune, tout ce que tu sais c’est qu’il est plus petit que toi et que sa carrure est bien moins imposante que la tienne. T’es mauvais question humour, surtout dans ces conditions mais t’as envie de bouger ce garçon trop silencieux à ton goût.

« T’as pas école demain ? »

Et t’en rajoutes une couche, mais t’es fier de toi, parce que tu aimes bien abuser de ton pouvoir. Que ça touche à l’argent ou ton âge, tu en profites.
Et toi, t’as pas école ? Tu devrais peut-être te poser la question.


©Pando




THE SOUND OF YOU COMING.
My heart that is waiting is blooming. Hurry and come, I’ve been waiting. Let’s dream a happy dream, just like long ago.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1450-sanggyyun-j-ai-tout-donne-au-solei
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Dim 28 Mai - 19:54



July & Gunnie
↬ You let our heads shrink, you let our minds sink, I've heard this before ↫

Laissons tomber la politesse, il ne veut pas faire dedans, mais tu te demandes si vous l'aviez déjà ramasser auparavant. Tu as comme l'impression de l'avoir poussée avant même que cela ait entièrement commencé, d'égal à égal, comme d'homme à homme lors d'un combat, tu as juste oublié qu'ici, il fallait se faire courtois et respectueux.
Vous êtes tous les mêmes.
C'est ce que tu te dis, ce que tu te répètes. Tous les mêmes à boire, à rire, à faire tout et n'importe quoi, tous les mêmes à exister et s'il existe lui depuis plus longtemps que toi, ce n'en est que plus triste. Ce n'est pas vraiment pour ça qu'il t'es supérieur -pourquoi le serait-il de toute manière ? Pourquoi le reste du monde le serait ? Pourquoi est-ce que ça doit exister ?
Ici, là et maintenant, ça n'existe plus.
Le temps est tombé, le sablier renversé.

« July... » as-tu répété du bout des lèvres, les sourcils froncés, l'air intrigué. July, c'est étrange, tu te dis. C'est un surnom que l'on entend pas tout le temps, tu ne crois pas en tout cas et tu es un peu curieux. Pourquoi est-ce qu'on l'a appelé ainsi, pourquoi ce surnom, as-tu vraiment de l'appeler July ?
Veux-tu l'appeler July ?
Ce serait peut-être franchir une barrière qui ne sert à rien, se rapprocher de l'inconnu comme il s'est rapproché de toi et tu n'es pas certain que ce soit une chose à faire. Ce n'est qu'un soir, qu'un verre, un verre qui s'est multiplié, qui a fini en plusieurs verre, qui a fini dans ton sang, qui a fini dans ton crâne, qui finira sûrement dans la cuvette.
Qui te finira.

Il va te faire la morale. Tu t'apprêtes presque à partir. Tu attends qu'il te dise que ce n'est pas bien, tu attends qu'il te dise que tu ne devrais pas être là. Peut-être que tu renfrognes un peu, peut-être que tu plisses le nez, peut-être que tu fais celui un peu vexé, mais surtout, l'autre ne sait pas.
Il n'y a pas de quoi se fâcher et pourtant, tu ne veux pas t'entendre dire que tu es jeune, que tu es un enfant. Tu es bien plus vieux que tu en as l'air -c'est dans la tête, disent-ils, tu en as assez vu, assez vécu, tu serais capable de souffler tes quatre-vingt-dixième bougie.
T'es un croulant de la vie, du genre qui s'est fait rouler dessus mais qui est mystérieusement debout.
Parce qu'on a pas le choix, dis-tu. On a jamais le choix.

« J'suis assez vieux pour boire, ça suffit non ? Tu dois pas être bien vieux non plus... Si t'as cinq ans de plus, c'est un miracle... J'sais pas, t'as une tête un peu drôle, là » et c'est probablement à cause de l'alcool et tu as voulu tendre la main vers le visage de l'inconnu -tu t'es retenu.
Tu ne peux pas le toucher.
Tu n'as pas le droit, n'est-ce pas ?
Tu n'as pas le droit de le toucher, de l'effleurer, ne serait-ce que de l'approcher, tu ne devrais pas. Et tu te souviens du billet qu'il n'a même pas regardé. Alors tu as ris, pouffé plus exactement, étouffé le son dans ta bouche et tu as passé tes doigts dans tes cheveux. Un geste bizarre, pour rattraper le coup.
Tu n'as pas envie de parler de l'école. A quoi ça sert ? Tu ne sais même pas pourquoi t'y vas ; « J'irais, j'irais, t'inquiètes pas pour moi. » parce que tu trouves toujours le moyen de te débrouiller. Et si tu ne peux -veux pas le toucher, tu le pointes du doigt, comme si tu étais menaçant, mais tu ne l'es jamais vraiment.
Un chien qui aboie mais qui ne mord pas.
« Tu devrais plutôt t'inquiéter pour toi, on s'inquiète pas pour les autres, c'est ce qu'on m'a dit », et on ne te dit pas que des bêtises, tu crois, tu l'espères.
Mais tu es presque sûr qu'il ne s'inquiète pas vraiment.
C'est toi, qui est inquiet.
Pour lui, pour toi.
Pour tout le monde.
Pour trop de monde.
⇜ code by bat'phanie ⇝




Mon pauvre coeur, je te le donne pour un regard de tes beaux yeux
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Lun 29 Mai - 23:06

Ils disent tous qu’il faut se faire à la vie. Alors à la vie on dit oui et à l’envie on dit 'si'; et à l’avenir on pense peut-être qu’on aura le temps de s’y remettre... Et puis on mate sa destinée se distiller dans une eau de vie.


II est assez vieux pour boire, qu’il te dit.
Est-ce réellement une bonne chose ? T’en sais rien, t’as pas ton mot à dire, t’es le premier à boire dès que tu en as le temps -et tu as beaucoup trop de temps.

Il a rigolé un peu, doucement, tu as l’impression que tout ses actes sont doux, même lorsqu’il glisse maladroitement sa main dans ses cheveux, tu trouves ça doux. Plus doux que toi, toi tu es un peu brusque, un peu une brute.
Pourquoi rit-il ? T’as l’impression d’avoir loupé un truc, t’as peut-être fait un truc bizarre, un truc marrant. T’es un peu vexé sur le coup, t’aimes pas quand on rit de toi, surtout sans raison apparente. Tu le regardes alors simplement, parce que tu ne peux rien dire pour te défendre, t’as pas envie de passer pour un mec agressif, tu laisses ton regard rempli d’incompréhension parler pour toi.

Mais il ne te voit pas, et il parle, encore. Alors tu oublies, tu bois ses paroles comme si il te racontait un merveilleux récit, c’est peut-être l’alcool qui te rend un peu abruti mais tu t’en fiches, et tu rigoles à ton tour.
Il te dit de t’inquiéter plutôt pour toi, tu le trouves mignon d’un coup. Comme si il était un enfant.
Tu hausses les épaules, c’est un conseil que tu ne suivras sûrement pas, comme tous les autres.
Si lui est du genre à écouter ce qu’on lui dit, c’est loin d’être ton cas.

« Et on t’as jamais dit que c’était pas bien de parler aux inconnus ? »

T’as un petit sourire aux lèvres.
C’est facile de donner des leçons lorsque l’on en applique aucune.
T’aimes bien faire le malin toi, t’aimes bien te faire passer pour ce que tu n’es pas : un vrai adulte, un gars mature et accompli. T’aimes bien faire croire que t’as tout vécu quand t’es habitué à te voir tout offrir sur un plateau d’argent.

« Alors, Sanggyun, qu’est-ce qui t’amène ici si tu as école demain ? »

Tu demandes, guidé par ta curiosité mal placée. Il n’est pas obligé de te répondre, il n’a pas à te répondre. Et puis pourquoi est-ce que ça t’intéresserais de savoir ça ? Tout ce que tu veux, c’est trouver un peu de réconfort, c’est pouvoir t’exprimer, parler de toi. Tu n’as pas besoin d’en savoir plus que son nom, tu n’en as pas envie.
Alors pourquoi tu te demandes ce qui pousse le garçon à noyer sa soirée dans l’alcool, ce qui le donne cet air un peu mélancolique.
Celui qui est malheureux ce soir, c’est toi. Pas les autres, les autres réussissent leur vie, les autres ont des rêves, des passions. Les autres, ils ne te comprennent pas.
Et pourtant, tu continues.

«  Tu t’ennuyais ? »

Parce qu’au final, quelque chose en toi te pousse à croire que t’es pas le seul, qu’il doit bien exister une autre personne sur cette terre à qui il manque quelque chose.
Tu finis ton verre.
Si ce soir, ce garçon que tu as rencontré s’ennuie autant que toi, tu veux troquer tes larmes contre un sourire. Un vrai sourire.
Peut-être que ce soir, tu arriveras à t’amuser.


©Pando




THE SOUND OF YOU COMING.
My heart that is waiting is blooming. Hurry and come, I’ve been waiting. Let’s dream a happy dream, just like long ago.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1450-sanggyyun-j-ai-tout-donne-au-solei
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Mar 30 Mai - 5:07



July & Gunnie
↬ You let our heads shrink, you let our minds sink, I've heard this before ↫

Tu t'étais fait avoir à ton propre jeu. Tu as légèrement relevé les yeux vers l'inconnu et si en temps normal tu aurais été embêté par la chose, ses mots soudains auxquels tu ne t'attendais réellement pas t'ont arraché un nouveau rire. C'est une surprise presque agréable que de l'entendre te rendre la monnaie de ta pièce. Mais si ça n'avait pas été le sucre dans tes veines, le sucre qui brouille ta vision, qui endort ton esprit, peut-être lui aurais déjà tu cherché des noises.
En temps normal.
Mais le temps n'est pas normal aujourd'hui et l'inconnu est un précipice duquel tu t'es rapproché sans vraiment sauter. Le nom qu'il t'a donné et les mots soufflés viennent tracer un peu de sa rive à la tienne comme pour t'aider à traverser. Ce n'est plus vraiment un inconnu, c'est un tas de phrases et d'idées qui se dessinent sans se démêler.
Si l'inconnu c'est cela alors l'inconnu est beau et tu y goûteras plus souvent encore.
Mais ce soir c'est lui ton inconnu, ce soir, c'est à lui que tu goûtes. Et il est amer, toujours amer, aussi amer que le whisky entre ses doigts, whisky presque vide, bientôt fini, il a ravalé ses larmes.

La vie, c'est une réponse basique, une réponse globale, une réponse un peu facile que tu souris à tout le monde parce que c'est ainsi que l'on fait. T'aimes pas que l'on mette le nez dans tes affaires, pas vraiment et l'autre ne cesse sans cesse de renifler un peu partout comme s'il en avait le droit.
Ce qui t'emmène, c'est la vie. Le poids des années, la fatigue, le trop de pas assez, l'école, les choses, le monde.
Oui, la vie.
Et même si tu t'en plaignais, tu n'es pas certain qu'il comprenne.
Et l'ennui t'arrache un rire.

« On peut dire ça.. » fut la réponse que tu as donné, tu ne pensais pas extrapoler, mais ta langue est déliée -sucre trop doux qui rend ton corps trop faible ; « Si se lever et travailler puis aller en cours puis travailler encore est un ennui, alors je m'ennuie tous les jours, je m'ennuie tellement que j'en suis presque mort tiens » et toi t'as ris, même si c'est pas drôle.
Tu t'ennuies t'a-t-il demandé et toi tu te poses la question de savoir si l'on peut réellement penser un truc de ce genre en voyant ta tête. T'as le teint blafard et les yeux qui crient au sommeil, t'as pas vraiment le temps de t'ennuyer.
Même ce soir, tu n'as peu le temps de t'ennuyer.
« Boire parce que l'on s'ennuie c'est la pire raison de boire.. » toi et tes idées, toi et tes principes. Il y a peut-être parfois des moments où l'envie de te donner des claques est plus importante que le reste -mais il fait se retenir, il ne faut pas.
Mais tu te dis qu'il faut un but à toute action, alors tu cherches, tu réfléchis, sans rien trouver, sans comprendre.
Tu ne le comprends pas.
Mais tu n'es pas vraiment en état.
« T'as gagné ! » as-tu soudainement déclaré, et tu t'es dit que tu allais un peu jouer, essayer en tout cas. Tu as poussé le verre vide du cocktail manquant de Le faire tomber de l'autre côté ; « J'ai compris, je ne devrais pas boire parce que j'ai cours demain, et je ne devrais pas te parler non plus parce que tu es un inconnu, d'accord... » c'est ce qu'il t'a dit, n'est-ce pas ? Tu as croisé les bras sur ton torse, posé ton regard sur lui et as simplement dit ; « Alors je ne bois plus et je ne te parle plus. »
Et comme un enfant, tu as pincé tes lèvres pour ne pas rire.
⇜ code by bat'phanie ⇝




Mon pauvre coeur, je te le donne pour un regard de tes beaux yeux
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Mar 30 Mai - 23:44

Ils disent tous qu’il faut se faire à la vie. Alors à la vie on dit oui et à l’envie on dit 'si'; et à l’avenir on pense peut-être qu’on aura le temps de s’y remettre... Et puis on mate sa destinée se distiller dans une eau de vie.


Si boire par ennui est la pire des choses, l’autre finirait sûrement par te détester.
Alors quelles sont les bonnes raisons de boire ? En existe-t-il seulement ?
Toi tu bois par ennui, tu bois par envie. T’as rien d’autre à faire, t’as trop d’argent pour ta propre personne, pour ne pas faire quelques conneries.
Et pourtant, tu ne ressens rien.
T’es censé connaître une sorte d’adrénaline, un petit quelque chose assez stimulant, les conneries c’est fait pour ça, non ?
Mais… T’as gagné !

T’as haussé les sourcils, t’es un peu perdu, un peu trop perdu dans tes pensées sûrement. T’as gagné quelque chose, toi ?
Ce qu’il te dit ensuite te surprend. C’est qu’il a plusieurs tours dans son sac, le petit. Toi qui as toujours des à priori sur ceux que tu rencontres, tu dois avouer que lui est surprenant.
Il te donne toujours plus l’impression d’être un enfant et ça t’arrache un petit rire.
Peut-être que tu as accidentellement échangé ton whisky amer contre son cocktail sucré car soudainement, tu es attendri.

«  C’est trop tard maintenant, non… ?  »

Tu t’affales sur le comptoir pour y appuyer tes bras croisés, un sourire amusés aux lèvres.

«  Tu connais mon nom maintenant, je ne suis plus un inconnu…  »

Évidemment que tu restes un inconnu. Même si vous vous fréquentiez depuis plusieurs années, vous resteriez sans doute des inconnus. Parce que tu ne sais que fréquenter des inconnus de toute manière. Ta famille, tes voisins, les passants, les autres. Tout le monde reste inconnu.

«  Je te paie un autre verre pour me faire pardonner, peut-être ?  »

N’est-ce pas là une proposition qui marche à chaque fois ? Tu en es persuadé et jusqu’à présent, personne n’a trouvé l’audace et la stupidité de refuser.
Mais quel âme désespéré tu fais.
Pour un peu plus de ses mots, pour un peu plus de son être tu es prêt à l’acheter.
Pour lutter contre ta solitude, tu es prêt à l’acheter. Mais pour qu’il t’accepte à ses côtés, ne faudrait-il pas que tu apprennes à te vendre ?
Pour l’instant ton esprit embrouillé demande, réclame une présence.
Tu ne te fais pas capricieux, ce n’est pas un corps que tu réclame, juste un peu de conversation, un peu d’humanité dans ton monde trop matériel.
Tu ne demandes pas à connaître sa vie, son histoire. Tu ne demandes pas à revoir un jour cet inconnu qui t’attire autant qu’il te repousse, sûrement trop différent de toi.
Tu ne demandes pas tout ça. Juste la chaleur d’une voix, la complexité d’un être, rien de plus. C’est peut-être déjà trop.

« Au point où on en est, ce serait dommage de ne pas faire mieux connaissance. »

Et merde, tu laisses tomber.
Tu as décidément dû te tromper de verre. Te voilà trop sucré.


©Pando




THE SOUND OF YOU COMING.
My heart that is waiting is blooming. Hurry and come, I’ve been waiting. Let’s dream a happy dream, just like long ago.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1450-sanggyyun-j-ai-tout-donne-au-solei
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Mer 31 Mai - 13:33



July & Gunnie
↬ You let our heads shrink, you let our minds sink, I've heard this before ↫

Il a essayé de te faire comprendre que tu n'étais qu'un enfant, que tu ne devrais pas être là parce que tu as école demain, que quelqu'un de ton âge ne devrait pas traîner ici ou même ailleurs. Mais la vérité est autre.
Il est l'enfant.
Tu le vois qui s'affale sur le comptoir non pas si différemment que toi et si quelques années vous séparent, tu aurais presque juré qu'il était plus jeune que toi.
Que dirait-il s'il savait ?
Il avait l'air d'un enfant, un peu ailleurs, un peu déçu, un peu autre peut-être aussi, autre que ces premiers mots, différent de ses premières intentions ; il avait l'air un peu fatigué peut-être, un peu ailleurs sûrement.
Vous êtes deux.

Trop tard, mais il n'est jamais trop tard. Il n'est pas trop tard pour que tu l'ignores, pas trop tard pour que tu te lèves, pas trop tard que tu essayes de prendre la fuite, pas trop tard pour que tu refuses, pas trop pour que tu l'oublies.
Il n'est jamais trop tard.
Et le temps tourne, encore, toujours, l'aiguille fait le tour sans attendre, sans savoir si trop tard ou trop tôt existe.
Trop tard, dit-il mais le trop tard est une chose bien étrange.
Pour certaine personne, il serait trop tard dans la nuit et pour toi il est encore trop tôt. Pour certaine personne il serait trop tard pour oublier mais pour toi, il n'y a jamais vraiment d'heure quand tu veux  te brouiller l'esprit, quand tu veux t'oublier.
Trop tard, a-t-il dit et il avait peut-être raison.

Tu aurais dû dire non, tu aurais dû. Mais si tu ne l'a pas fait, c'est qu'il y a une raison.
Il y a toujours une raison, c'est comme ça que tu penses toi.
Alors tu as dit oui, un autre verre, tu as même dit oui un autre cocktail, tu as même dit oui, un peu plus de sucre.
Mais tu aurais dû dire non. Ce n'est pas bien, de profiter, ce n'est pas bien de faire ce que tu fais, ce n'est pas comme ça qu'on t'a élevé, ce n'est pas comme ça que ta mère t'a dit de vivre.
Ne dois rien, à  personne, est-ce quelques verres qui vont te tuer ?

Et tu te demandes ce qu'il peut bien vouloir savoir de toi, alors tu es un peu curieux. Faire connaissance, ça se fait comment au juste quand on a l'esprit ailleurs et la vague à l'âme ? Comment es-tu censé faire, pour faire connaissance ? alors soudainement, tu te redresses.
C'est peut-être un peu brusque, peut-être un peu surprenant.
« July, c'est ça ? », tu parles du surnom et soudainement, tu pointes vers lui tes doigts formant un pistolet avec, un petit sourire sur le visage ; « Moi c'est Gun », bien que généralement Gunnie soit le plus corect, mais ça il n'a pas besoin de savoir. Puis soudainement, tu dresses ton index.
« J'ai vingt et un ans, donc j'suis en âge de boire », parce que ça avait l'air de le préoccuper, parce que tu n'es pas trop jeune, et non tu n'es pas vraiment jeune, pas trop en tout cas et tu dresses alors ton majeur pour annoncer une deuxième chose -dessinant ainsi un V, « et j'étudie l'histoire à l'université parce que ça prend pas vraiment la tête, 'faut juste apprendre par coeur... », et comme tu es idiot, c'est bien la seule chose que tu sais faire.
Et tu as alors souris, tes doigts toujours dressé, et tu as même peut-être un peu ris.
Tu ne sais même pas pourquoi tu dis ça,
Certainement parce qu'il est trop tard.
⇜ code by bat'phanie ⇝




Mon pauvre coeur, je te le donne pour un regard de tes beaux yeux
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Mer 31 Mai - 16:32

Ils disent tous qu’il faut se faire à la vie. Alors à la vie on dit oui et à l’envie on dit 'si'; et à l’avenir on pense peut-être qu’on aura le temps de s’y remettre... Et puis on mate sa destinée se distiller dans une eau de vie.


Au final, peut-être que l’alcool ne te va pas si mal.
Si quelque chose en toi -ta fierté, ton ego, te hurle de ne pas t’approcher, de rester distant, parce que tu t’accroches, parce que tu t’attaches trop vite, tes mots ont décidé de ne pas écouter ta raison.
Le cœur a ses raisons que la raison ignore comme on dit.
Et ton cœur se sent un peu trop seul.

Et grâce à tes mots, parce que tu as réussi à ignorer ta raison, tu n’es plus tout seul.
L’autre parle. Il se présente un peu mieux, un peu plus clairement et même si tu tentes de te persuader que tu auras tout oublié le lendemain, tu te sens dangereusement glisser en terrain inconnu.
Tu l’écoutes et peut-être que sans que vous ne vous en rendiez compte, un lien se créer.
Ça t’effraie mais n’est-ce pas là ce que tu as toujours cherché ?

Il se surnomme Gun. Gun.
Un sourire se forme sur tes lèvres. Un sourire un peu mauvais.
Tu as appuyé sur la détente au moment où tu as répondu au garçon lorsqu’il t’a adressé la parole. Enfin, ce n’est pas comme si c’était à toi qu’il s’adressait. Il était comme toi à ce moment, il s’adressait à tout ce qui était en mesure de lui répondre, il s’adressait à lui-même.
Tu appuieras sur la gâchette sans t’en rendre compte au moment où tu prendras un réel plaisir à lui parler.
Parce que pour l’instant ce n’est pas ça, tu ne prends pas de plaisir, non, tu essaies de te convaincre de l’inverse.

La suite, elle t’arrache une expression un peu moqueuse. Tu ne te moques pas de lui, loin de là. Elle t’est adressée. Vous avez presque cinq ans d’écart et lui travaille, va à l’université…
Tu connais parfaitement ta situation, tu as fini par l’accepter parce que tu n’as pas le choix -ou du moins tu ne fais rien pour la changer, mais sûrement parce que tu restes un idiot, ça te fait toujours un peu de mal lorsqu’on te rappelle ton inefficacité.
Y a quelque chose dans ton ventre qui se serre. Ce n’est pas de sa faute, tu le sais, tu es entièrement responsable. Mais ça te fait quelque chose.

« Tu devrais peut-être réviser alors, boire ça fait perdre la mémoire. »

Et te voilà, fidèle à toi-même.
Tu fais encore la leçon à quelqu’un qui se débrouille mieux que toi.
T’as jamais révisé, qu’est-ce que tu peux savoir sur ce sujet ? Et ça ne te regarde pas, il peut bien se débrouiller tout seul, non ? Alors pourquoi tu ne garderais pas ta langue dans ta poche pour une fois ?

« July. Je vais avoir vingt-six ans. »

Tu as levé l’index dans une imitation un peu misérable. Tais-toi. T’engage pas là dedans.

« Je ne fais pas d’étude, je ne travaille pas. Je suis juste là. »

Un deuxième doigt et tu rigoles. Un rire que tu espères maîtrisé mais qui sonne un peu trop triste à tes oreilles.
Tu le regardes sans vraiment le regarder. Tu ne croises pas ses yeux, tu te concentres sur le décor qui te semble plus clair que le visage flou de ton interlocuteur. Il va sûrement se moquer de toi ou au moins te lancer un de ces regards signifiant à ton âge, franchement… qu’est-ce que tu fais là, vas trouver du boulot…
Y a ton cœur qui s’agite, t’aimes vraiment pas ça.
Il te faut un échappatoire. L’argent est toujours un échappatoire.

« Tu vas prendre le même cocktail ? »


©Pando




THE SOUND OF YOU COMING.
My heart that is waiting is blooming. Hurry and come, I’ve been waiting. Let’s dream a happy dream, just like long ago.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1450-sanggyyun-j-ai-tout-donne-au-solei
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Mer 31 Mai - 18:39



July & Gunnie
↬ You let our heads shrink, you let our minds sink, I've heard this before ↫

July, vingt-six ans, juste là, un autre cocktail ?
Tu l'as peut-être regardé avec des yeux un peu rond. Tu avais bien compris que vous ne jouiez pas dans la même cour, des gens qui font rien dans leur vie ca court les rues là où tu vas.
Ah.
Peut-être qu'ils font quelque chose à vrai dire, si étudier est faire.
Mais tu n'es pas certain que la plupart le fasse pour le savoir plus que pour la popularité. Tu es presque certain que d'aller dans une université cotée est bon pour l'image plus que ça ne l'est pour leurs études.
Ils risquent quoi qu'il arrive de succéder à un père, un oncle, de gagner plus en mois que ce que tu gagneras dans toute une vie...
Ce n'est pas une si mauvaise chose de rien faire, dans la vie. Toi aussi tu aimerais dire que tu ne fais rien, que tu n'as rien à faire.
Aujourd'hui, je suis juste là, oui ce serait plaisant à dire, à laisser entendre. Ce serait quelque chose de nouveau pour toi aussi. Depuis quand ne t'es-tu pas contenté de simplement exister ? D'être .
Un peu comme aujourd'hui.
Aujourd'hui tu es là.
Et tu ne fais rien.
Tu bois pour oublier.
Oublier, c'est deja beaucoup.

« Le... plus sucré. » dis-tu alors, t'accoudant de nouveau au comptoir pour regarder la serveuse, et tu as demandé ; « Le cocktail le plus sucré ! S'il vous plaît... », comme si tu avais fait ça toute ta vie, comme si tu avais toujours eu la chance de pouvoir demander aussi facilement une telle chose.
Tu espères que demain il ne s'en souviendra pas, tu espères que tu ne t'en souviendras pas non plus. Mais quelque chose te dit qu'il est trop tard pour essayer d'oublier.

« En fait c'est toi qui est vieux.. » as-tu soudainement dit en attendant la boisson alors que tu regardais de nouveau ton interlocuteur, légèrement souriant, les yeux un peu plissés pour essayer de le distinguer derrière l'alcool qui fait encore des vagues dans tes prunelles ; « C'est pas moi qui suis trop jeune... » et ça t'a peut-être fait un peu pouffer.
Tu mettras sur le compte de l'alcool le fait que ta langue se délie, que tu ne sais plus vraiment retenir tes pensées et qu'en vipères elles se glissent sur ta langue. Ce n'est pas vraiment ce que tu veux, mais c'est ainsi et tu n'y peux pas grand chose même si tu le désirais.
« Et tu fais rien.. moi aussi j'aimerais ne rien faire... » et tu es curieux, atrocement curieux, il faudrait que tu te taises, que l'on te retienne ; « Ça veut dire que t'es assez riche pour pouvoir ne rien faire ? »
Et ça te dégoûte.
Ça te répugne.
Mais c'est toi qui boit son argent ce soir.

« Alors c'est vraiment parce que tu es triste que tu bois ce soir ? », et quand tu dis triste tu fais référence à la rupture que tu avais pu évoquer plus tôt -si tu te souviens bien, et tu te dis que peut-être maintenant il voudrait l'avouer.
Sinon tu ne comprendras pas.
Sinon tu ne comprends pas.
Pourquoi être triste de tout avoir ?
⇜ code by bat'phanie ⇝




Mon pauvre coeur, je te le donne pour un regard de tes beaux yeux
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
more informations


 And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI | Mer 14 Juin - 18:17

Ils disent tous qu’il faut se faire à la vie. Alors à la vie on dit oui et à l’envie on dit 'si'; et à l’avenir on pense peut-être qu’on aura le temps de s’y remettre... Et puis on mate sa destinée se distiller dans une eau de vie.


Ton regard embué se pose dans le vide.
Ton cerveau a décidé de faire une pause, de ne plus penser à rien.
T’es assez riche pour ne rien faire.
T’es assez riche pour arrêter de réfléchir, de planifier tes lendemains, de t’angoisser pour un rien.
Les autres, ils ont pas le choix. Si ils arrêtent de penser une seconde, c’est leur argent qui risque de s’envoler, c’est une occasion, une chance qui risque de disparaître.
Toi t’as le temps…

T’es fatigué d’un coup.
C’est l’alcool qui t’assomme, c’est l’alcool qui te prévient. Tu ferais mieux de te coucher, c’est jamais bon de te confronter à l’inconnu.

Mais c’est l’alcool qui te donne envie de dire merde à ta raison.
Alors tu souris.

« Non, je bois pour rencontrer des gens.  »

Ta tête qui était prête à exploser il y a quelque minutes commence à tourner agréablement.
C’est lui qui boit parce qu’il est triste, non ?
Il devrait penser à lui, tu penses déjà bien assez à toi.

Tes yeux viennent trouver les siens.
Pour la première fois peut-être, tu arrives à distinguer le regard glacé du garçon.
Du moins, tu le pensais glacé.
Pour la première fois, tu vois cette étincelle dans son regard, celle qu’on trouve chez ceux qui n’abandonnent pas, ceux qui se battent.
C’est encore la faute à l’alcool mais tu le fixes, tu profites de cet instant de conscience pour examiner le visage de celui qui n’était qu’un brouillard jusqu’à présent.
Vous êtes différents.
Vos expressions, vos traits, vos visages racontent des histoires complètement différentes.

«  Je vais reprendre un whisky. »

Tu annonces brusquement. Est-ce parce que tu veux couvrir l’autre d’un voile alcoolisé, ou parce que tu veux en voir plus ? Même toi, t’en as aucune idée.
Ton regard se dérobe, t’es paniqué.
Ton cerveau s’est remis à travailler, un peu trop vite à ton goût, et t’as préféré t’intéresser à la serveuse, un sourire mal calculé collé aux lèvres.

« S’il vous plaît. Je paie pour lui aussi. »

Tu le désigne d’un mouvement de tête, sans le regarder.
Tu ne tiens pas l’alcool, tu le sais. T’es vulnérable dans ces moments là.
Et tu détestes te sentir vulnérable.

« Et toi ? Pour de vrai, t’es là pour quoi ? »

La curiosité est ton ennemie, on te fait souvent la remarque.
Ton coude est sur le comptoir, ta joue est mollement appuyée contre ton avant bras.
T’as plus trop de force, mais tu te sens bien. Le sourire qui étire tes lèvres est détendu, le reste de ton corps l’est aussi. Vous avez tous une raison de boire, on ne boit pas pour rien, c’est inutile, c’est insensé.
Lui qui est si différent de toi pourra sûrement te raconter une histoire que tu n’auras jamais entendue, la sienne par exemple.
Pas que ça t’intéresse réellement -c’est ce que tu te tues à te dire mais tu es trop habitué à te mentir, mais il est toujours bon d’en apprendre sur les autres, sur leur fonctionnement. Toi, ça t’aidera à apprendre à parler aux autres, à renforcer ton côté je-sais-tout, tu pourras dire "j’ai vu ça, j’ai vécu ça".
Des mensonges, toujours, mais ça te donne confiance en toi, tu te sens fort, tu te sens attirant.
Ce n’est pas comme si tu allais finalement t’intéresser à quelqu’un sans intérêts personnels derrière, non vraiment pas, tu n’es pas comme ça…
Ce qui t’intéresse, c’est toi, pas un gamin des rues, pas son regard perçant.
Aaaah, tu as encore trop bu.


©Pando




THE SOUND OF YOU COMING.
My heart that is waiting is blooming. Hurry and come, I’ve been waiting. Let’s dream a happy dream, just like long ago.
Revenir en haut Aller en bas
 
And the only thing that's lost out here is you ✩ CHULHEI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Lost in the Burgundy Forest
» The Lost Vikings Reborn
» [Résolu] Compteur à la LOST
» [Fermé] MOTEUR DE RECHERCHE LO.ST
» [Emy] falling into darkness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wassup daegu. :: DAEGU 대구 :: DONGSEONG-RO 동성로 :: Rodeo Street-
Sauter vers: