Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

aidez-nous faire à décoller et promouvoir le forum en votant sur les topsites !
bienvenue sur wassup daegu, le forum a ouvert le 23/10/16 !
la partie histoire de la fiche de présentation est désormais obligatoire, mais totalement libre !
une fois que vous êtes validés, n'oubliez pas de remplir les champs de votre profil !
pensez à remplir votre fiche rps pour éviter d'être supprimés !
la version 11 a débarqué sur le forum le 7/09/17 ! ❅
bravo à yun karma et shim bae, nos membres du mois
venez voir la maj par ici !
pour en savoir plus sur l'intrigue c'est parici !

Page 1 sur 3
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1375-adrenaline-in-my-veins-kibum
avatar
♢ Messages : 309 ♢ Arrivée : 12/05/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 980 ♢ Avatar : hoseok. ♢ Crédits : karma. ♡

♢ Occupation : disquaire dans une boutique vintage.
♢ Age : 24 ans, fleur de l'âge et tout le tralala.
♢ Situation : l'coeur qui dit, l'coeur qui gueule, qui hurle. lui qui veut juste qu'il la ferme.
♢ Yours :

you're a 'rolling-stone' boy. 'never-sleep-alone' boy. 'got-a-million-numbers-and-they're-filling-up-your-phone' boy. i'm off the deep end, sleep in all night through the weekend. saying that i love him, but i know i'm gonna leave him.

(go namjoon)


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Lun 3 Juil - 13:31

dissolution
beomseok & kibum (icons faust)


chaque détail compte, chaque détail se décompte, chaque détail est utile, chaque détail a son importance. attention. attention particulière à cette face pourtant terminée à la pioche. attention pour pas se faire démasquer. attention parce qu'il veut pas être cramé. et avec beomseok, il a toujours enfilé le brun. brun à pas savoir pourquoi. brun à pas en comprendre tout son désarroi. brun pas forcément pour faire mystérieux, brun pas parce que ça le rend plus heureux. brun parce que c'est comme ça qu'il était, devant les tableaux puis les photos. brun parce que c'est comme ça qu'il l'a croisé. brun parce que. parce que pourquoi pas. et là devant la porte, kibum il hésite, hésite encore. parce que c'est le malaise qui joue à faire du trapèze, qui se montre dans le vide, qui menace la chute. pincement de lèvre, sac sur son épaule, il enlève les écouteurs bien flanqués dans ses oreilles, jette un rapide coup d'oeil à son portable.
une heure.
une heure quand même. la diva se fait attendre. la diva, sait se faire attendre. sauf que kibum il connaît pas les entrées fracassantes qui seraient plus du domaine de l'artiste. inspiration profonde. faut dire qu'il l'a vu sans rien sur le dos, sans rien sur les jambes, sans rien pour dissimuler sa peau pâle de quoi faire tomber dans les pommes cendrillon en plein bal. faut dire qu'il a tout vu. chaque recoin. chaque parcelle. chaque fissure pas forcément comblée. ça la fout mal, mal, mal. il devrait peut-être lui dire qu'il a mieux à faire, que ça doit se terminer comme ça, qu'il est pas le bon pour lui. profond soupir, il passe une main frileuse dans sa tignasse. il toque quand même.
- salut. il reste sur le pas, il reste sans bouger tant qu'il a pas reçu l'autorisation infime de rentrer. ça se fait pas - de toute façon kibum fait pas mal de choses qui faudrait pas, à croire que la maladie le rend un peu tarba. désolé pour - le retard. un temps, il pourrait lui mentir, lui raconter une excuse bidonne. lui, là, beomseok, il mérite pas qu'on lui raconte des cracks. j'vais pas te mentir, j'ai hésité à venir. à cause de - la s'maine dernière. attention posée sur son visage de mirages. mais, hm, j'suis quand même là alors... désolé, d'avoir pris tout c'temps. il le dira pas. dira pas que c'est de la vanité. dira pas que c'est de l'orgueil mal placé. dira pas qu'il se sent presque beau, quand le papier se froisse sous les doigts longiligne de beomseok.





SUICIDE SOCIAL ✧ fini d'être une photocopie, finies la monotonie, la lobotomie. aujourd'hui je mettrai ni ma chemise ni ma cravate, je donnerai pas la patte.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 114 ♢ Arrivée : 29/06/2017 ♢ Pseudo : sial ♢ Wons : 481 ♢ Avatar : choi seunghyun ; t.o.p. { bigbang ♢ Crédits : sial { code signa ; kibum { gif signa ; yougoweasley { avatar
JOLIE NUANCE DE CHAGRIN QUI S'ECOULE LENTEMENT SUR LE PAPIER DE LA VIE ; LORSQUE LA COULEUR DE L'ENNUI SE MÊLE AUX TEINTES CARMIN DE TON EXISTENCE EN DECLIN.

douce chimère


♢ Occupation : détient une galerie réputée et artiste
♢ Age : vingt-huit ans
♢ Situation : en couple — pansexuel
♢ Yours :

le coeur, le vrai, le pur
celui qui vacille qui tambourine qui s'arrache dans sa poitrine celui qui vient
frapper
celui qui vient
tabasser
sa cage thoracique qui menace d'en sortir de s'évader de son être
pour venir se loger entre tes doigts

— hyunwoo { jww } & shinil {pjb} —


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Lun 3 Juil - 15:20

étaler ton essence sur le papier


— c’était inespéré
comme un électrochoc
un coup de jus qui remue les entrailles
qui brûle qui bloque
qui laisse des traces rougeâtres au simulacre de la peau
des griffures des bleus et tout un tas d’autres blessures
le regard de beomseok s’est arrêté
sur ce corps martelé matraqué martyrisé
le souffle de boomseok s’est figé
et l’inspiration a commencé lentement à le bouffer

il ne pouvait pas te laisser partir
c’était une évidence
il sentait qu’il l’avait trouvée
enfin, cette muse tant cherchée
tu pouvais bien le rejeter le repousser l’envoyer valser
il serait toujours revenu pour te proposer d’être son cavalier
danse endiablée
valse éffreinée
celle des coups de crayons de pinceaux sur les toiles vierges
bientôt couvertes par tes portraits
par ta beauté
v é r i t a b l e
ton regard
i m p é n é t r a b l e
et les sentiments qui s’écoulent sur le papier

beomseok il a cru s’envoler
beomseok il a perdu pieds
beomseok il a besoin de plus besoin de croquer
d’essayer d’expérimenter ton corps
de te sublimer de laisser son regard d’artiste s’écouler le long de ta peau
de tes os de venir te décrypter
c r é e r
un chef d’oeuvre
il t’a trouvé sublime dès la première fois
dès que ses yeux se sont posés sur toi
et il n’a cessé de te le répéter
comme une prière un crédo quelque chose de sacré
de fragile de presque éphémère quelque chose
empli de mystères
beomseok il t’a appelé il t’a rappelé
il t’a demandé chaque fois d’aller un peu plus loin de le laisser
découvrir un peu plus de toi à chaque fois de pouvoir
admirer un peu plus ton épiderme porcelaine
tes tatouages maladifs
ton regard agité ta façon de te tenir
ton corps dans son intégralité
beomseok peut être égoïste mais beomseok
p a s s i o n n é
enivré par ta simple apparence
qui comble son existence
devenue pièce maîtresse de sa collection immense

beomseok il voit pas le temps passer
sauf quand il est dans l’attente de pouvoir esquisser à nouveau tes traits
beomseok il fixe l’horloge et voit les minutes s’écouler
les cafés se vident les tasses s’entassent les mégots de cigarettes emplissent le cendrier déjà plein à craquer
les boulettes de papiers s’accumulent les
fusains se cassent sous sa poigne devenus trop fins à force de les manipuler
beomseok il se demande si jamais il t’a fait peur la dernière fois
si jamais il a été trop brusque de te demande de te dévoiler dans ton entièreté
si jamais plus jamais tu reviendrais à ses côtés
il secoue la tête
esquisse un demi sourire
tu ne feras pas ça
parce qu’il ressent au fond que tu as aimé
tu as aimé quand il t’a scruté détaillé quand il t’a adulé de ses yeux quand il a soupiré d’aise quand ses doigts t’ont effleuré
tu ne peux pas
l ‘ a b a n d o n n e r

des phalanges qui claquent contre la porte et la courbe souriante qui s’intensifie
il vient t’ouvrir rapidement te regarde
il te trouve cette fois encore
magnifiquement abîmé
il se croit
p l a n e r
il ne le salue même pas
ses yeux le font pour lui

entre, je t’attendais.

il te laisse la place il vient s’étaler dans un des innombrables fauteuils
porte son café froid à ses lèvres en fixant la ville dans la pénombre à travers la baie vitrée

t’as pas à t’excuser. après tout, tu n’as aucune obligation envers moi.

regard franc
regard qui cause regard qui propose tout un tas d’univers de rêves
de visions dantesques
beomseok il a tant de choses à te dire
à te raconter
à conter dans ses toiles ses photos ses créations de papiers

je veux pas te mettre mal à l’aise kibum. si c’est trop pour toi, dis le moi.

il repose sa tasse sur la petite table basse
te désigne d’un geste le canapé
beomseok il a pas la politesse de t’inviter
à t’assoir ou encore à boire parce que c’est trop futile
et puis tout ça t’as pas besoin de lui demander
après tout t’es dans son atelier
t’es déjà un privilégié

parce que pour moi ça ne le sera jamais assez.

beomseok être de caprices
être de supplices de vices
être qui repousse les limites
qui goutte au calice de l’interdit.








un trident dans le coeur †

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1375-adrenaline-in-my-veins-kibum
avatar
♢ Messages : 309 ♢ Arrivée : 12/05/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 980 ♢ Avatar : hoseok. ♢ Crédits : karma. ♡

♢ Occupation : disquaire dans une boutique vintage.
♢ Age : 24 ans, fleur de l'âge et tout le tralala.
♢ Situation : l'coeur qui dit, l'coeur qui gueule, qui hurle. lui qui veut juste qu'il la ferme.
♢ Yours :

you're a 'rolling-stone' boy. 'never-sleep-alone' boy. 'got-a-million-numbers-and-they're-filling-up-your-phone' boy. i'm off the deep end, sleep in all night through the weekend. saying that i love him, but i know i'm gonna leave him.

(go namjoon)


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Lun 3 Juil - 16:24

dissolution
beomseok & kibum (icons faust)


l'atelier c'est la nouvelle terre, c'est l'amérique pas encore découverte, c'est l'atlantide sans son eau pour la couler. l'atelier c'est comme un bout de planète qui flotte, qui ramasse toute la poussière, les galères, les décisions amères. y'a toujours un peu de bordel, un peu de n'importe quoi qui se ponctue de couleurs vives ou plus foncées. il regarde, kibum. il l'écoute qu'à moitié, trop perdu dans la contemplation. il veut voir ce qui a changé, ce qui a été modifié, si une toile a pu être bougée, si un pinceau s'est retrouvé au plafond plutôt que sur le sol. il sourit un peu, vaguement, bêtement, naïf enfant dont on laisserait tout le luxe de se balader dans une piscine à balles. il mordille sa lèvre inférieure, s'arrête quand il sent qu'il va encore se faire saigner. papillonnement de cils, le sac termine dans un coin, la veste entre les mains, une odeur de clope qui vient lui chatouiller les narines - deux ans auparavant sans doute qu'il se serait joint à cette dope en duo. plus le droit. plus le droit du tout, c'est à bannir du langage, à bannir de ses rivages. inspiration profonde, il s'assoit sans trop se laisser le choix. il aime.
aime être là.
aime être ici.
aime être dévisagé. même si ça le gêne, même si ça l'emmerde que ça empourpre parfois ses joues d'une teinte trop chaude. il tapote nerveusement du pied gauche, s'arrête, ramène une jambe sous sa cuisse, pose son vêtement à côté de lui. puis y'a beomseok dans toute sa splendeur, sa grandeur, dans toute sa hauteur - gigantesque qui scinde ce beau monde d'un oeil bienveillant, d'un oeil de rapace qui s'évanouit sans laisser de traces. il secoue la tête, joint ses doigts, les entremêlent.
- je sais. il penche sa tête sur le côté, regarde encore à côté. il jurerait remarquer une tache violette qu'il avait pas discerné auparavant, fraîche sans trop l'être, quelques jours, quelques heures, minutes peut-être. j'ai juste pas l'habitude. j'suis plutôt pudique en soi, donc. haussement d'épaules, il se concentre sur le violet, qui vire au vert plus loin. ça fait une belle trace, une belle ligne rouge qu'il suit d'un oeil indiscret. il s'arrête, reprend son sérieux. c'est pas son but de jouer au bienheureux.
- donc rien. pas plus à argumenter, à ajouter, pas besoin de tout balancer, de la jouer grand fragile qui d'un coup se sent épuisé de toutes les horreurs du pays. mais tant mieux, j'vais pas m'en plaindre j'imagine. t'as pas peur, et rien qu'pour ça, j'devrais t'adouber chevalier. mais de quoi, j'en sais rien. un sourcil sur deux qui se hausse, malice qui se glisse dans ses iris. y se demande ce que ça fait d'avoir la vision de l'artiste. comment ça se passe là-dedans, comment ça marche, comment la mécanique elle se met en place. ça doit être compliqué chez beomseok, un ingénieux alliage de chair et de métal, de bois et d'acide, d'insouciance et de violence.





SUICIDE SOCIAL ✧ fini d'être une photocopie, finies la monotonie, la lobotomie. aujourd'hui je mettrai ni ma chemise ni ma cravate, je donnerai pas la patte.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 114 ♢ Arrivée : 29/06/2017 ♢ Pseudo : sial ♢ Wons : 481 ♢ Avatar : choi seunghyun ; t.o.p. { bigbang ♢ Crédits : sial { code signa ; kibum { gif signa ; yougoweasley { avatar
JOLIE NUANCE DE CHAGRIN QUI S'ECOULE LENTEMENT SUR LE PAPIER DE LA VIE ; LORSQUE LA COULEUR DE L'ENNUI SE MÊLE AUX TEINTES CARMIN DE TON EXISTENCE EN DECLIN.

douce chimère


♢ Occupation : détient une galerie réputée et artiste
♢ Age : vingt-huit ans
♢ Situation : en couple — pansexuel
♢ Yours :

le coeur, le vrai, le pur
celui qui vacille qui tambourine qui s'arrache dans sa poitrine celui qui vient
frapper
celui qui vient
tabasser
sa cage thoracique qui menace d'en sortir de s'évader de son être
pour venir se loger entre tes doigts

— hyunwoo { jww } & shinil {pjb} —


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Mar 4 Juil - 1:35

étaler ton essence sur le papier


— il te regarde
il te dévore de ses yeux
il imprime dans son esprit chacune de tes expressions chacun de tes gestes
chaque fois que ta peau s’étire chaque fois que tes yeux brillent
chaque fois que soudainement sa vision se clarifie
il veut te représenter
à la perfection
il veut rendre hommage à la beauté que tu dégages
à cette aura si particulière qu’il n’a jamais vue auparavant
il veut que les tripes de gens se tordent comme les siennes à ta simple vue
il veut qu’on s’abreuve de ton image comme d’un mythe perdu
il veut qu’on croit à une légende
qu’on croit à un mirage
il veut tant de choses beomseok
rien qu’en t’observant

t’as même pas conscience de tout ça
de cette fascination qui l’accroche à toi
à tes bras
à ta façon que t’as de t’exprimer
à cette expression fatiguée
amère
il veut qu’on ressente chaque aspérité
qu’on ait mal
qu’on souffre
qu’on se prenne comme une balle
un coup
quelque chose sur le crâne
un coup de poing dans le ventre qui coupe la respiration
— parce que c’est ce que tu montres —
parce que ton propre corps a appuyé sur le bouton d’autodestruction
beomseok il adore ça
il adore te voir te mouvoir te voir t’assoir t’extasier sur ses dessins
sur le capharnaüm de cet atelier sur la peinture étalée
çà et là
sur les monticules de papiers sur le sandwich à peine mangé parce que l’art ne sait pas attendre
(il frappe à la porte de beomseok sans cesse l’empêche de dormir)
il en serait presque insomniaque beomseok
tu le hantes

pudique ?

c’est un peu étranger pour lui
beomseok il a toujours été dans cet univers un peu hors du temps
beomseok il a vu papa croquer maman sur la papier
beomseok il a vu tellement de corps exposés
il a vu la vie il a vu les différences
il connait pas la peur de l’autre juste le délicieux touché des peaux veloutées
des peaux douces des peaux rugueuses des peaux de couleurs des peaux tachées
et puis il y a la tienne
enveloppe porcelaine si fine
écrin de velours si précieux
si irréelle
beomseok il voudrait presque l’embrasser
beomseok il sait que jamais il ne pourra faire de plus beaux clichés
que ceux de ta clavicule de ton coude de ton dos percé de ta colonne de tes genoux de tes mains longilignes
(particulières à son coeur)
de ta mâchoire de ton nez un peu retroussé de ton torse et puis de tes fesses
et tes pieds et pourquoi pas ton ventre abîmé
par les bleus les ecchymoses
les brûlures de la maladie et de toutes ces choses
qui te vrillent le coeur
(il se perd encore beomseok)

c’est différent.

il te fixe
il te fixe avec tellement d’insistance
d’un regard brûlant
d’admiration de passion
d’envie aussi
(c’est effrayant)
beaucoup trop d’émotions
beaucoup trop de sensations dans ses deux seules prunelles

tu es tellement magnifique…

son regard coule le long de tes épaules
sa bouche s’entrouvre
beomseok se perd encore dans sa contemplation
c’est indécent
sûrement particulièrement gênant mais il est comme ça beomseok
il scrute avec attention
il se perd dans ses émotions
il croit que t’es une illusion

comment pourrais-je avoir peur ?

il plante son regard dans le tien
il vient s’ancrer en toi sans détour il vient
s’implanter s’enraciner
(intrusif)

personne n’a peur du joyau brut. hormis peut-être de l’abîmer.

il plisse légèrement les yeux
il caresse furtivement son menton de ses doigts
passe ses mains dans ses mèches brunes
concentré
absorbé par son propre mécanisme de pensées

il ne faut pas le polir, c’est justement ses angles qui le rendent si harmonieux.

il parle en métaphores
persuadé que tu es capable de saisir le fil de ses mots
il se sent presque connecté
il est peut être fou, beomseok

kibum… est-ce que tu veux te voir à travers moi ?
est-ce que tu veux comprendre tout ce que je vois ?


est-ce que tu veux
qu’il t’embarque dans son monde
vers d’autre cieux
et ce avant que tes vêtements ne tombent
avant qu’il ne te touche
avant que vous vous envoliez
avant que beomseok il se délecte une fois de plus de ta
b e a u t é

avant que l'univers tout entier s'ouvre à vos deux êtres exposés.







un trident dans le coeur †

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1375-adrenaline-in-my-veins-kibum
avatar
♢ Messages : 309 ♢ Arrivée : 12/05/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 980 ♢ Avatar : hoseok. ♢ Crédits : karma. ♡

♢ Occupation : disquaire dans une boutique vintage.
♢ Age : 24 ans, fleur de l'âge et tout le tralala.
♢ Situation : l'coeur qui dit, l'coeur qui gueule, qui hurle. lui qui veut juste qu'il la ferme.
♢ Yours :

you're a 'rolling-stone' boy. 'never-sleep-alone' boy. 'got-a-million-numbers-and-they're-filling-up-your-phone' boy. i'm off the deep end, sleep in all night through the weekend. saying that i love him, but i know i'm gonna leave him.

(go namjoon)


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Mar 4 Juil - 15:56

dissolution
beomseok & kibum (icons faust)


beomseok, c'est un personnage de roman dont on comprend pas toujours les tournants. beomseok, c'est un héros romantique qui tend sa plume dans l'air pour y graver l'encre de ses idées. beomseok il fait pas partie de cette ère tais-toi et consomme. il veut aller à contre-courant, il veut aller contre les gens, montrer ce qui plaît, ce qui déplaît. il a pas besoin des dogmes, des qu'en dira-t-on. il est de ceux qui partiront, un bouquet de roses blanches entre les mains, le regard perdu dans un horizon embrumé. il est de ceux qui changent une existence, qui permettent aux pensées de vagabonder. de ceux qui bousculent, qui dérangent, qui démangent. il est l'acteur, l'assassin. et kibum. kibum. il jette un oeil sur tout ça sans vraiment s'y plonger, sans essayer de trop y perdurer. kibum c'est la victime, dans l'autre groupe, chez la foule qui permet à tout de tourner comme il faudrait, qui met des bâtons dans les roues, qui fait taire les hardeurs des passionnés d'entre eux. c'est étouffant. il étouffe. il tue. pincement de lèvre inférieure, ça l'amuse de l'entendre. parce que c'est surréaliste, parce que ça fait un peu élitiste. parce qu'y'a comme deux ou trois mondes entre eux, entre la bourgeoisie qu'en a pas fini et la banalité qui cherche à rassurer. inspiration profonde, même si ça siffle un peu et que tout se contracte. ça lui fait toujours louche, un peu bizarre quand il lui balance ça de but en blanc.
magnifique.
magnifique à trop le dire.
magnifique à en vomir. magnifique à pas pour autant s'en lasser. et ça fait son petit effet sur ses pommettes qui se teintent un peu. c'est de la rigolade, presque une grosse blague alors qu'en mettant un miroir devant le visage de beomseok, il verrait qu'il se trompe d'être à complimenter. sans doute. il passe à autre chose, comme ces stylistes qui traînent des rouleaux de tissus derrière eux, oui puis non, non puis oui. c'est à kibum de suivre la cadence, de lui prendre la main dans cette danse, la serrer, serrer pour qu'il puisse y imprimer ses formes. doigts qui pianotent sur ses propres jointures, il les relâche, tend à glisser le soupçon d'un sourire.
- on m'a déjà comparé à beaucoup d'choses. rire vrombissant qui s'efface aussi rapidement qu'il est arrivé. à un rachitique, à un enfoiré, un égoïste, un foutu borné. un vautour qui se dévore sa propre chair. mais un joyau... jamais. alors pour sortir du lot, tu sors carrément du lot. y'en a pas deux comme lui. là où des kibum y'en a sans doute plus d'une centaine dans ce pays. de ces mecs qui se pendent à leurs cravates, de ces mecs qui seraient bien mieux à se jeter sous un train que de continuer à subir un fade quotidien. merci. l'attention tournée ailleurs. il passera pour une collégienne bonne à glousser de bêtise comme une hyène. peu importe.
- pourquoi pas ? il reprend un peu sur lui, cherche à faire celui qu'est pas impressionné, ni même un tantinet angoissé. il se redresse, tire un peu sur son tee-shirt trop large, fait quelques pas. c'est vrai que ce s'rait pas du luxe. surtout si tu penses en avoir jamais assez. je m'sens un peu comme un fan de littérature à qui on tente d'expliquer la théorie des cordes. perdu. entouré pourtant d'une vague, d'un océan de mémoires oubliées qui semblent partir pour une éternité. il croise ses bras sur son torse, fronce les sourcils. y'a une tasse qui traîne sur la table ronde juste à côté.
- café froid... c'est péché ça. t'as pas honte ?
y'a son parfum qui lui monte un peu à la tête, un mélange de cigarette, de peinture et de mine de charbon. une page brûlée. un parchemin poussiéreux. une figure dont on suivrait les balancements. une traînée de poudre.





SUICIDE SOCIAL ✧ fini d'être une photocopie, finies la monotonie, la lobotomie. aujourd'hui je mettrai ni ma chemise ni ma cravate, je donnerai pas la patte.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 114 ♢ Arrivée : 29/06/2017 ♢ Pseudo : sial ♢ Wons : 481 ♢ Avatar : choi seunghyun ; t.o.p. { bigbang ♢ Crédits : sial { code signa ; kibum { gif signa ; yougoweasley { avatar
JOLIE NUANCE DE CHAGRIN QUI S'ECOULE LENTEMENT SUR LE PAPIER DE LA VIE ; LORSQUE LA COULEUR DE L'ENNUI SE MÊLE AUX TEINTES CARMIN DE TON EXISTENCE EN DECLIN.

douce chimère


♢ Occupation : détient une galerie réputée et artiste
♢ Age : vingt-huit ans
♢ Situation : en couple — pansexuel
♢ Yours :

le coeur, le vrai, le pur
celui qui vacille qui tambourine qui s'arrache dans sa poitrine celui qui vient
frapper
celui qui vient
tabasser
sa cage thoracique qui menace d'en sortir de s'évader de son être
pour venir se loger entre tes doigts

— hyunwoo { jww } & shinil {pjb} —


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Mer 5 Juil - 0:00

étaler ton essence sur le papier


— beomseok
c’est une galaxie toute entière
avec ses planètes créatrices
ses étoiles colorées
ses trous noirs de pensées
beomseok il n’existe que dans l’infini
celui sans barrières sans frontières
celui qui vous ouvre les bras
qui vous absorbe pas à pas
beomseok il a de l’orage dans les yeux
de la lumière dans le sourire
beomseok il a tellement
à vous offrir
surtout à toi, kibum
élu
âmes liées
(beomseok il en est convaincu)
il s’ouvre à toi
il n’a aucun secret
et tellement à la fois
(beomseok il en dit trop et pas assez)
beomseok c’est une oxymore et aussi une métaphore
beomseok c’est tout un tas de trucs emmêlés
qu’il te donne sans arrière pensée
à toi d’essayer d’en saisir le fil
de trouver les extrémités
(il te semble sûrement qu’il n’y en a pas)
et beomseok il s’amuse de cela

mais un joyau... jamais. alors pour sortir du lot, tu sors carrément du lot

il sourit
(c’est éclatant)
parce que kibum
kibum tu t’étonnes d’un rien
kibum tu captes pas à quel point
t’as ce truc qui le rend fou
(complètement marteau)
l’impression que t’écrases sa tête devenue enclume
faisant résonner sa mécanique artistique
beomseok il veut te découvrir
examiner ton engrenage, ta tuyauterie que tu dis
r o u i l l é e
beomseok il veut l’huiler de son encre
beomseok il veut dévisser et explorer ton antre
il veut savoir
tout connaître
beomseok artiste devenu mécano
ou peut être orfèvre du fameux joyau

me remercie pas. c’est ce que tu es. l’homme est si aveugle qu’il ne voit pas le plus évident.

il fait pensivement tourner sa chevalière d’argent
autour de son doigt
il phase encore un instant
avec de revenir sur terre avec toi
c’est encore trop le bordel dans son cerveau
un putain de méli-mélo
et tu l’aides pas
quand t’as l’ébauche de sourire
il a l’impression de souffrir
d’avoir tant de matière sous les yeux sans pouvoir la travailler
il meurt d’envie d’attraper son crayon de t’esquisser
de figer sur le papier ces quelques secondes
f r u s t r a t i o n
il détourne les yeux
se retient
il sait qu’il est dans l’excès
(parfois)
et puis il se dit
qu’il a eu le privilège d’apprécier ce moment
dans ce lieu d’intimité
son
a t e l i e r
trésor sacré

l’artiste te scrute
il sent ta nervosité
ça l’amuse un peu
c’est toujours comme ça
(c’est compréhensible)
on se demande si les dessins sont foireux
ou alors on est excités de voir des portraits fabuleux
(ça dépend des cas)
mais toi
c’est encore différent
(c’est toujours différent)
tu te demandes si c’est vraiment le cas
si t’es aussi beau que ce que prétend beomseok
si les tableaux sont fidèles à la réalité
si les photos sont pas un peu trop retouchées ou bien complètement
m e n s o n g é s

il fouille de ses doigts dans le carton
soigneusement rangé à côté de son fauteuil
il se demande quoi te montrer
par où commencer
(il y a tant de choses à dévoiler)
alors il sort le premier croquis
l’un de ses favoris
c’est juste
ton regard
pas d'lèvres pas d’nez pas de joues de menton ou de sourcils froncés
juste tes yeux
noirs charbons
noirs d’encre plus noirs encore que les méandres
des pensées de beomseok
m a g n i f i q u e s
il t’observe
il veut
que tu vois
ce que lui peut percevoir
il veut que t’admire
ce que tu es
(t’es pas narcisse kibum, toi t’es au dessus de ça)
il veut que tu te délectes de ce dessin croqué
sur l’instant
entre deux poses
quelque chose d’imprévu de complètement dissident
beomseok il sait qu’il a du talent
(on lui a souvent répété)
il est pas de vinci picasso ou encore dali
mais il a quelque chose
lui aussi
(vous êtes complémentaires)
beomseok le sait
t’as rendu les eaux troubles de son imagination tellement plus claires

il te tend l’objet
un vulgaire bout de papier
comme quelque chose qu’il a peur de briser
même s’il est un peu froissé

voilà.
et pour le café… tu sais à quel point j’aime aller contre les règles imposées.


beomseok
être insensé
kibum
être fatigué
nécessaires l’un à l’autre
dépendance maintenant votre
pour le meilleur et pour le pire.







un trident dans le coeur †

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1375-adrenaline-in-my-veins-kibum
avatar
♢ Messages : 309 ♢ Arrivée : 12/05/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 980 ♢ Avatar : hoseok. ♢ Crédits : karma. ♡

♢ Occupation : disquaire dans une boutique vintage.
♢ Age : 24 ans, fleur de l'âge et tout le tralala.
♢ Situation : l'coeur qui dit, l'coeur qui gueule, qui hurle. lui qui veut juste qu'il la ferme.
♢ Yours :

you're a 'rolling-stone' boy. 'never-sleep-alone' boy. 'got-a-million-numbers-and-they're-filling-up-your-phone' boy. i'm off the deep end, sleep in all night through the weekend. saying that i love him, but i know i'm gonna leave him.

(go namjoon)


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Mer 5 Juil - 0:58

dissolution
beomseok & kibum (icons faust)


le silence. le silence qui. le silence qui prend toute sa puissance d'un coup. le silence qui se ramasse. le silence qui s'incruste sous ses doigts, sous ses ongles, sous ses paupières. le silence qui prend tout son sens. qui permet de se concentrer sur les mouvements, sur les gestes millimétrés, sur les outils de l'artiste en pleine transe. elles sont belles ses mains. elles sont sublimes ses mains. blanches à outrance, parsemées parfois de quelques nuances colorées qui témoignent des instants qu'il vole sans le vouloir véritablement. blanches et longues. celles d'un pianiste dont les morceaux sont arrachés, qui piquent quelques larmes dont il s'abreuve dans un verre à vin. un pianiste paumé quelque part, en recherche d'inspiration dans les montagnes, sous l'océan ou dans le plus grand froid que pourrait lui offrir d'autres terres. elles sont belles, ses mains à beomseok. elles doivent être froides, glaciales comme le reste d'une tempête, le lendemain d'un renouveau. le goût d'une fin du monde subite, d'une petite mort. secoue sa tignasse dans le vide, il perd un peu de son sourire, prend entre ses mains le dessin. fixé, fixé de haut en bas, fixé de bas en haut. fixé par le fake, fixé par le faux, fixé par lui-même. il ose pas appuyer, il ose pas serrer de peur de casser kibum.
- comme c'est étonnant. pointe ironique, haussement d'un sourcil, oeillade discrète à son égard. les artistes se font rarement connaître pour leur graaaande capacité à rentrer dans les rangs. et s'ils le font pas d'eux-même, ça s'termine avec un coup d'pied. inspiration profonde.  encore. toujours plus profonde. ça passe jusqu'à son estomac. ça brûle, brûle, brûle, ça s'étale jusqu'à ses nerfs, ça les électrise. froncement de sourcils, il s'évite le tournis, il s'évite la nausée qui pourrait tout foutre en l'air. il regarde. se regarde kibum. c'est lui, là, juste ici. il répond pas tout de suite, balance pas son avis comme on jetterait une sirène à l'océan.
- tu voulais être un cyclone plus p'tit, non ? il sait même pas pourquoi il demande, il sait même pas pourquoi il s'évertue à tabler sur une pente qui le ferait tomber. il essaie, essaie quand même. parce que beomseok c'est une toile déchirée dont il voudrait redonner une image, faire un collage, se faire une éventualité, une idée. comprendre. ou peut-être pas. encore moins comprendre. ça lui irait bien, même si ça plairait pas au reste. comprendre la légende urbaine. comprendre. prendre. rendre. c'est... ouais. très beau. il doit l'avouer. le sens du détail. le jugement qui le transperce.
regarde qui t'es.
regarde ce que t'es.
regarde où t'es.
il reste debout, contre son spectre, contre cette âme enfermée.
- je sais pas... trop quoi dire j't'avouerais. il a pas la justesse de beomseok, il a pas la beauté des phrases, la grandeur des mots exacerbés, la facilité qui en découle de faire bouger sa langue pour en dégager quelques mélodies. il est là kibum, là pour cracher, là pour haïr, là pour gueuler, là pour s'offusquer. pas là pour arranger, réparer. j'vais pas t'apprendre que t'as du talent. il doit le savoir, il doit l'avoir marqué, un post-it qui lui rappelle sans cesse collé sur son front. c'est. ouais. un temps. pardon j'suis pas très bon public, ni - enfin c'est flatteur. même pire que ça. mais j'sais pas quel mot utiliser. beomseok qui capture son attention, beomseok qui capture d'un mouvement de lèvres.
- je pense que j'suis mal barré si tu m'montres encore autre chose. un arrêt cardiaque aussi net que brutal. lui. pas lui. lui. pas lui. il sent que ça chauffe, que ça serre son estomac, ça fait une boule qui tape, ça fait tanguer son coeur qui se heurte aux côtes. lui. pas lui. lui. pas lui. lui, là. gravé, marqué. lui. ici. la mort qu'on aurait embellit de quelques fleurs.





SUICIDE SOCIAL ✧ fini d'être une photocopie, finies la monotonie, la lobotomie. aujourd'hui je mettrai ni ma chemise ni ma cravate, je donnerai pas la patte.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 114 ♢ Arrivée : 29/06/2017 ♢ Pseudo : sial ♢ Wons : 481 ♢ Avatar : choi seunghyun ; t.o.p. { bigbang ♢ Crédits : sial { code signa ; kibum { gif signa ; yougoweasley { avatar
JOLIE NUANCE DE CHAGRIN QUI S'ECOULE LENTEMENT SUR LE PAPIER DE LA VIE ; LORSQUE LA COULEUR DE L'ENNUI SE MÊLE AUX TEINTES CARMIN DE TON EXISTENCE EN DECLIN.

douce chimère


♢ Occupation : détient une galerie réputée et artiste
♢ Age : vingt-huit ans
♢ Situation : en couple — pansexuel
♢ Yours :

le coeur, le vrai, le pur
celui qui vacille qui tambourine qui s'arrache dans sa poitrine celui qui vient
frapper
celui qui vient
tabasser
sa cage thoracique qui menace d'en sortir de s'évader de son être
pour venir se loger entre tes doigts

— hyunwoo { jww } & shinil {pjb} —


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Mer 5 Juil - 13:37

étaler ton essence sur le papier


— atmosphère légère
et si lourde à la fois
le poids des regards
le poids des mots des sous entendus
des parades
sensation
d’être dans une bulle
a q u i f è r e
vous vous noyez l’un dans l’autre
beomseok avec toi il a pas de repère
pas d’étoile polaire
juste
le vent en poupe les voiles gonflées par les bourrasque de l’inspiration procurée

entre vous c’est étrange
tellement pas commun
le sentiment qu’une plaie immense
(intense)
à peine réouverte qu’il suture
sous tes yeux
(du fil doré)
beomseok chirurgien improvisé
dessiné à redoré l’image que tu as de toi
parce que lui il sait combien tu es
m a g n i f i q u e
sublime créature
carcasse d’enfant avortée devenu
a d u l t e
beaucoup trop tôt
le visage
b o u f f é
par les cernes par la maladie par un trop plein d’émotions impossibles à gérer
beomseok il est sensible à ça
sensible à ces sourires que tu esquisses à ces plaintes silencieuses
à ces mélodies merveilleuses que tu lui souffles inconsciemment au creux de l’oreille
il a pas l’oreille absolu beomseok
il est juste mélomane
il est juste enclin à apprécier ton âme profane
l’aigreur de tes cordes la douceur de tes notes la profondeur des graves et
la douleur des aigue
un croche alors que tu lui décoches
tes mots comme des flèches
un point d’orgue alors que tu imprimes ton regard
dans son être

un cyclone ?

surpris
attendris
beomseok il rit
t r a g é d i e
il a voulu être tant de choses beomseok
il a l’a été dans tellement de ses dessins
mais il a toujours su à quel dessein
il était voué
(artiste né)
une cicatrice de tempête se forme un instant dans son regard
de la foudre qui crépite
un éclair soudain
il sourit

alors dans ce cas je suis toujours petit.

et puis
et puis tu te fonds te confonds
(ne te morfonds pas non, bien au contraire)
tu effleures de ton regard les marques du charbon
tu apprécies t’as pas les mots
tu hésites bégaye et le coeur de beomseok t
t r e s s a u t e
ça se tord à l’intérieur quand il sait que t’aimes le reflet
qu’il vient de te donner
il se sent
v o l e r
c’est aérien
(il plane d’un rien beomseok)

tu es plus que bon public kibum. tu ne sais pas le spectacle que tu m’offres à cet instant.

il cale son menton dans sa main
les jambes croisées le regard
ancré
sur ta silhouette terriblement fragilisée
il l’aime tellement, cette silhouette
il voudrait qu’elle soit éternelle.

je t’interdis d’avoir un arrêt maintenant. je suis pas prêt à ressentir la frustration de te perdre si vite. de la tristesse même.

oui beaucoup trop
tant de larmes couleront
si jamais tu venais à disparaitre
beomseok il sait que tu vas crever
(tu lui as dit toi même)
il le comprend mais il est pas sûr de bien l’imaginer
c’est comme une réalité un peu trop loin pour l’attraper
il a comme cette image de toi qui perdure sur sa rétine
celle du gamin à l’allure un peu féline
celui qui mords qui chique
encore prêt au fond à en découdre avec la vie

ses doigts fouillent
il cherche
une photographie
celle d’un gros plan
un détail
de ton épaule de ta clavicule de ton cou
de la naissance de ta mâchoire
de ton réseau sanguin des bleus qui marquent ta
d é l i c a t e
peau
porcelaine ébréchée
que beomseok il veut réparer
sans pour autant combler les fissures parce qu’elle aussi
elles ont leur vérité

il te la tend
elle est gigantesque cette image
elle donne un coup
un putain d’uppercut
quelque chose qui chamboule
(ou du moins qui touche beomseok)
beaucoup trop sensible
qui sait laisser des traces indélébiles
par ses dessins ses esquisse ses photos
exposées par milliers

je vois dans ton regard… que tu commences à comprendre kibum.

il inspire
termine son café
décroise et recroise ses jambes
dans l’autre sens
il te fixe
attend le verdict
la sentence
du juge
contre le condamné
(ou bien la victime)
il ne saurait le dire

t’as pas idée de ce que tu dégages, kibum.

kibum
kibum
et puis son coeur qui fait boum
qui explose dans sa poitrine
raz de marée
beomseok il était pas prêt.







un trident dans le coeur †

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1375-adrenaline-in-my-veins-kibum
avatar
♢ Messages : 309 ♢ Arrivée : 12/05/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 980 ♢ Avatar : hoseok. ♢ Crédits : karma. ♡

♢ Occupation : disquaire dans une boutique vintage.
♢ Age : 24 ans, fleur de l'âge et tout le tralala.
♢ Situation : l'coeur qui dit, l'coeur qui gueule, qui hurle. lui qui veut juste qu'il la ferme.
♢ Yours :

you're a 'rolling-stone' boy. 'never-sleep-alone' boy. 'got-a-million-numbers-and-they're-filling-up-your-phone' boy. i'm off the deep end, sleep in all night through the weekend. saying that i love him, but i know i'm gonna leave him.

(go namjoon)


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Lun 10 Juil - 1:06

dissolution
beomseok & kibum (icons faust)


submergé. admiratif. un peu bêta, un peu béat, un peu la bouche close par quelques cordes épaisses qui empêchent l'intelligence de sortir par le biais de la parole. submergé. admiratif. un peu déboussolé aussi. à comprendre sans trop comprendre, à se dire que ce qu'il lui déballe, c'est pas la vérité véritable qu'il retranscrit. que c'est pas vraiment lui. que durant un instant, kibum il était pas là. c'était qu'un corps ressemblant au sien, un corps mis sous off, qu'on aurait débranché l'espace de quelques heures où il pouvait y glisser quelques pinceaux, quelques flashs, quelques noirceurs ou grandeurs. y'a quelque chose de cet ordre, de cet ordre dont il perçoit qu'un véritable désordre. y se dit un instant qu'il aimerait bien le voir en société, dans un débat acharné envers des puristes qui se tournent que vers les portraits parfaits, que vers ces poupons sublimés par un tant soit peu de photoshop ancien - illusion visuelle. le voir l'ouvrir, le voir défendre bec et ongle ce pourquoi il se saigne chaque matin, chaque soir, chaque seconde de son existence. ça doit être beau, un peu burlesque aussi, inquiétant. parce que beomseok il l'a vu qu'entre quatre murs, qu'entre lui, qu'entre eux, qu'entre un maintenant qui se partage pas, égoïste. c'est pas plus mal. sans doute qu'il se sent pas à la hauteur, sans doute qu'il se sent trop idéalisé. mais à côté, kibum, il en veut encore. il mord sa lèvre inférieure, il découvre la suite, il fronce les sourcils. on dirait du papier sur lequel on aurait renversé de la poudre pastel. ça le démange dans son cou subitement. y'a du sang. y'a de la vie dedans. il s'assoit, s'pose au sol, en tailleurs comme un môme qu'étale sa collection de cartes. analyse.
- ah ouais de la tristesse ? tu m'en diras tant. qu'il claque dans un rire acide. tristesse. tristesse dont il veut même pas connaître la silhouette. tristesse dont il récolte que la pitié. tristesse qui signe son arrêt. tristesse. faut pas être triste pour lui. pour les autres, peut-être, oui. lui. lui. il pousse un soupir, détaille les angles, les morceaux cornus, y'a ses os qui menacent de trouer sa peau fine. beomseok, il sait capter les spectres. j'sais pas si je comprends. c'est plutôt bizarre en fait... ça doit être ça qu'il recherche l'artiste, à se sortir du lot, de ces petits bobos qui pensent créer la nouvelle vague en se foutant à poil sur une grande place. il garde ce rictus, kibum, impossible à enlever, y'a une chaleur qui l'accapare, qui traîne dans ses artères.
putain, ça fait du bien.
- et j'ai pas idée nan. faut croire qu'c'est pas si mal, assez pour que tu m'demandes de revenir à chaque fois. plusieurs semaines. un moment. un temps. qu'il voudrait étirer, qu'il voudrait planter, qu'il voudrait déliter en plusieurs morceaux. qu'il voudrait. encore. et encore. que ça tourne. que ça lui file le vertige, le malaise. que ça le fasse planer. un shoot dans le bras, bien planté, l'aiguille qui traverse l'os et les muscles. l'aiguille qui reste. qui continue à abreuver de sa substance folle. ça l'gêne. ça le rend ivre pour autant. j'vais pas m'en plaindre. demande. demande encore. à se plier. à se déployer. à tout laisser tomber. il inspire profondément, pose la photographie devant lui. y'a quelques mèches factices qui se dévoilent tout juste sur la nuque. fake. fake. fake. fake. il lui ment depuis le départ, il lui ment depuis qu'il a accepté, il lui ment depuis qu'il lui a accordé un regard. menteur. menteur. menteur. il jette une oeillade discrète vers la fenêtre, comme si des milliers d'yeux allaient s'abattre pour émettre un jugement. rien. seulement le ciel un peu grisâtre, le reste d'un soleil faiblard, la pollution de la ville, beomseok qui fait de l'ombre. alors kibum il remonte ses doigts dans sa tignasse, cherche l'attache qui permet qu'elle tienne. il reste fixé sur le sol, il assume pas, il assume qu'à moitié. y se dit. se dit que c'est nécessaire. se dit qu'il le mérite. se dit qu'il peut pas le faire tourner en bourrique.
- c'qui est bien avec ces trucs-là c'est que tu peux être qui tu veux. que ce soit avec... la couleur ou la longueur. même devenir une femme pendant quelques heures. il déploie un gloussement anodin, un peu nerveux. kibum il cherche, il trouve, il hésite. il est lancé. trop tard pour reculer. il la retire la perruque, lentement. faisait chaud là-dessous. il pousse un soupir, la garde entre ses paluches. va savoir pourquoi avec toi, j'suis resté sur le brun.
regards qui se croisent,
instant de bug, latence.
kibum il dégage un semblant d'adieu.
- n'empêche, j'en enlève un peu plus à chaque fois. au prochain coup tu vas découvrir que.. j'sais pas. pourrait y'avoir pire que ça tu crois ?
et sous les yeux de beomseok, y se sent un peu. immortel.





SUICIDE SOCIAL ✧ fini d'être une photocopie, finies la monotonie, la lobotomie. aujourd'hui je mettrai ni ma chemise ni ma cravate, je donnerai pas la patte.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 114 ♢ Arrivée : 29/06/2017 ♢ Pseudo : sial ♢ Wons : 481 ♢ Avatar : choi seunghyun ; t.o.p. { bigbang ♢ Crédits : sial { code signa ; kibum { gif signa ; yougoweasley { avatar
JOLIE NUANCE DE CHAGRIN QUI S'ECOULE LENTEMENT SUR LE PAPIER DE LA VIE ; LORSQUE LA COULEUR DE L'ENNUI SE MÊLE AUX TEINTES CARMIN DE TON EXISTENCE EN DECLIN.

douce chimère


♢ Occupation : détient une galerie réputée et artiste
♢ Age : vingt-huit ans
♢ Situation : en couple — pansexuel
♢ Yours :

le coeur, le vrai, le pur
celui qui vacille qui tambourine qui s'arrache dans sa poitrine celui qui vient
frapper
celui qui vient
tabasser
sa cage thoracique qui menace d'en sortir de s'évader de son être
pour venir se loger entre tes doigts

— hyunwoo { jww } & shinil {pjb} —


 dissolution ♢ beomseok (-18) | Mer 12 Juil - 21:44

étaler ton essence sur le papier


— inspiration profonde
le souffle qui se bloque dans la gorge
qui brûle
(incendie interne)
qui vient comme perforer sa carcasse d’artiste
comme un coup de poignard au milieu d’une toile immaculée
beomseok il saigne
(hémorragie)
beomseok il pleure
beomseok il dégueulerait presque toutes ses idées sur le papier
tu le vides de sa propre essence
tu consumes son existence
comme il te consomme
(avide personne)
il n’a plus aucune limite
(nouvelle drogue)
héros remplaçant l’héroïne
t’es pas une victime kibum.

il serait triste
(écho dans ton crâne il le sait)
il serait désemparé
de te voir t’en aller
(t’as comme emporté son être tout entier)
tu prends tellement de place dans l’esprit de beomseok
t’es comme une ancre au sol et un coup d’hélium pour
p l a n e r
t’es comme un morceau de sucre pourtant
a c i d u l é
t’es comme ces choses inexplicables et délicieusement instables que beomseok il a pour habitude
d ‘ a d u l e r
(t’as un pouvoir incroyable sur lui)

sa tasse de café se vide
et le café froid termine de s’écouler le long de sa gorge
il a pas besoin d’être réchauffé beomseok
tu le fais de ton regard
(de tes mots)
de ton image toute entière
(et de tes maux)

tu dois trouver ta propre vérité à travers mes travaux, kibum. je ne vais pas te dire d’aimer ou de détester ; tu peux même t’en foutre si tout ce qui te convient c’est poser.


il sourit
(il étire ses lippes dans un nouveau croissant de vie)
il vient dorer ton existence
sans se rendre compte de cette évidence
(beomseok il est naturellement solaire)

il te scrute comme un rapace
parce que ton apparence est comme un électro-choc
de l’électricité dans les veines
alimentée par ta haine
(tangible)
qui transcende ton regard
beomseok ça
l ‘ o b s è d e
les yeux fixes
(hypnotisé)

j’aimerai un jour te prêter mes yeux, sincèrement, mais je pense que ta vision doit être tout aussi sublime kibum.

il murmure ces quelques mots les yeux perdus dans la vague
tandis que tu actives tes doigts mécaniquement derrière to crâne
retirant aux yeux de beomseok une nouvelle barrière
il se fige
il t’observe
le temps se fixe
se suspend dans l’air
le monde est comme sur pause
et toi tu écris une énième prose
poète improvisé pour cet artiste complètement
d é c a l é
il t’écoute sans vraiment le faire
il est bloqué dans sa bulle beomseok
(tu vas vite le réveiller il peut le sentir à des kilomètres)
le métronome de son coeur s’accélère
tu le tires
avec forces dans les eaux profondes
tu le coules l’absorbes dans tes limbes de tes pensées
les cavernes de ton intimité
(beomseok il continue de t’aimer)

et puis

les rideaux tombent
(fin de spectacle)
les voiles se lèvent
(pour les derniers admirateurs)
tu lui fais découvrir
d’autres trésors
à conquérir

la lumière se reflète sur le sommet de ton crâne
(auréole lumineuse)
tête malade
esprit qui divague et puis
le coeur en balade
(qui tressaute encore beomseok il croit mourir un instant)
touché par une balle
beomseok littéralement exécuté
par tes gestes
tes actes
par ton innocence
et la douleur qui émane de toi
d é l i v r a n c e
beomseok sombre dans le trépas

t’ôtes les mèches colorées
tu enlèves cette saturation forcée
tu
t’ouvres à lui comme un livre à la reliure déchirée
aux pages jaunies et abîmées
mais dont l’apparence transpire la beauté
livre chéri adoré
(livre de collection)
qui lui pose tellement de questions
(beomseok il veut trouver une à une les solutions)

une larme s’écoule
trace un chemin sur sa joue et les mots lui manquent
troublé
déstabilisé

p u t a i n

kibum t’as pas idée
de l’effet que tu lui fais
de la vision que tu lui donnes
du rêves qui l’illusionne
il se sent fondre
il se sent morcelé
beomseok a l’âme
d é c h i r é e

ses mains tremblent

wow.

les yeux brillants
(ce n’est pas de la pitié)
on dirait un enfant
un vulgaire gosse beomseok il sourit beomseok il rirait presque
beomseok il te transperce de son regard
comme tu as osé le pourfendre de tes gestes
ses mains couvrent son visage et il se tasse dans le fond de son fauteuil
aucun son
juste
son souffle
presque saccadé
il court le marathon beomseok
il gravit des monts beomseok
son esprit c’est des montagnes infranchissables

kibum tu es incroyable.

il écarte ses doigts et retire ses deux outils de son faciès
il t’étudie un instant de ses yeux
(il n’a pas effacé la larme)
il la laisse couler sans lui dire adieu
(il sait qu’elle reviendra grâce à toi kibum)

pire ? tu n’es pas sérieux.

il se lève
mouvement fluide et rapide
ta tête contre son torse ses lèvres contre ton crâne
et le sourire toujours aux lèvres
(beomseok il a toujours dépassé les bornes).







un trident dans le coeur †

Revenir en haut Aller en bas
 
dissolution ♢ beomseok (-18)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» aide pour un effet sur image !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wassup daegu. :: DAEGU 대구 :: DONGSEONG-RO 동성로 :: Dongseong-ro-
Sauter vers: