Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

aidez-nous faire à décoller et promouvoir le forum en votant sur les topsites !
bienvenue sur wassup daegu, le forum a ouvert le 23/10/16 !
la partie histoire de la fiche de présentation est désormais obligatoire, mais totalement libre !
une fois que vous êtes validés, n'oubliez pas de remplir les champs de votre profil !
pensez à remplir votre fiche rps pour éviter d'être supprimés !
la version 11 a débarqué sur le forum le 7/09/17 ! ❅
bravo à yun karma et shim bae, nos membres du mois
venez voir la maj par ici !
pour en savoir plus sur l'intrigue c'est parici !

Page 2 sur 2
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1808-i-killed-my-mother-seulki
avatar
♢ Messages : 182 ♢ Arrivée : 25/07/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 391 ♢ Avatar : mitsuji sen. ♢ Crédits : ailahoz. ♡

♢ Occupation : étudiant en psychologie et parallèlement serveur dans un salon de thé.
♢ Age : 26 ans, qui en découvre encore.
♢ Situation : y met pas de nom dessus, advienne que pourra, même si le coeur gueule j'suis à toi.
♢ Yours :

i could recognize him by touch alone, by smell; i would know him blind, by the way his breaths came and his feet struck the earth. i would know him in death, at the end of the world.

(seol kibum, go namjoon)

 no rest for the wicked ♢ shinil | Dim 13 Aoû - 23:00

no rest for the wicked
shinil & seulki (icons SATURNIENNE)


ç'aurait pu être pas si mal. ç'aurait pu même être phénoménal. ç'aurait pu être beau au point d’égrainer une jalousie constante. ç'aurait pu être bien. ç'aurait pu être tellement bien que seulki il se serait dit chaque matin que c'est idéalise façon gerbe idéaliste de l’adolescente en fleur. ç'aurait pu. ç'aurait pu si fort que ça lui fait un mal de chien quand shinil il l'ouvre. ça fait pas comme un bang d'un revolver ou d'une carabine. c'est moins expéditif, moins véridique qu'un trou gigantesque dans la poitrine. c'est plus un couteau, voire plus minuscule encore, une aiguille qui se plante sous ses ongles, le torturant jusqu'à ce qu'il crache le morceau en chialant sous un plafond crasseux. shinil, ça semble violent, ça semble puissant - mais c'est plus vicieux que ça. ça s'incruste sous la chair, ça dévore lentement les nerfs, puis les os, ça laisse le temps de rien comprendre, de faire passer ça pour un rhume aussi bête que méchant. et quand il tend l'oreille, y'a qu'une averse qui lui vient à l'esprit. faut dire que la pluie continue de tomber, que ça le fait sourire un peu plus, ça apaise le feu dans les entrailles qui dissimule trop de pardons qui se sont pas dits. trop de choses qui veulent se dire. trop de mots abandonnés, lessivés. pourquoi qui revient, pourquoi qui s'abat, pourquoi qui voudrait sortir, qui voudrait se gueuler, s'écrire, se taguer sur un mur pour qu'enfin il y réponde. il sait pourquoi seulki - sa faute, uniquement sa faute. il bouffe sa lèvre inférieure, pousse un soupir, sent son estomac lourd, sa peau pâlir alors qu'il entame un florilège de mi-compliments mi-critiques - à quoi il s'attendait ? rire de coin de lèvres, il se redresse, habillé presque en entier, à la recherche du reste - chaussettes et pompes pour combler sa tenue, pour se la filer en douce.
alors que,
soi-disant qu'il serait important.
hyerim aussi elle était importante. hyerim aussi elle était plus que bien aimée. hyerim elle était. hyerim elle était beaucoup de choses. elle était peu aussi. hyerim c'était comme un bruit sourd, une acouphène désagréable quand il tentait d'écouter une symphonie parfaite - façon mozart et ses grands classiques. hyerim c'était pas forcément sublime, c'était juste dérangeant. c'était une maladie qui tendait vers un cancer - vers sa propre interprétation du moi en déclin. hyerim c'était moche à l'intérieur, moche à l'extérieur. c'était. soupir, il trouve les objets restant, les enfile en laissant planer un silence, assis sur le rebord du pieu - un sourire qui pointe quand même, parce que ça vaut le coup.
(pas vrai hein ?)
(dis-moi que tu vaux le coup, que je vaux le coup)
(qu'on, ou quelque chose de ce type)
- hm. il lace ses pompes, concentré sur son ultime manière de plier, de rendre un noeud plus beau qu'il n'est défait. morsure de sa joue en interne. ce serait le bon moment, peut-être. mais y'a pas de bon moment. y'a pas de moment adéquat. shinil il voulait sûrement pas qu'elle revienne. shinil il voulait sûrement rien savoir. shinil, il l'a dit. faut l'endurer au lieu de le rechercher. si t'es satisfait, que demande le peuple. fais pas trop d'plans sur la comète quand même, j'voudrais pas que tu tombes de haut. façon bout de planète, anneau de saturne qui vient buter contre les rivages de la terre. il termine, jette à nouveau un regard sur l'horizon, son sac aussi jeté, un malpropre bien trop maltraité. il joint ses mains deux secondes, le regarde lui - shinil, pas vraiment un fardeau,
véritable bourreau.
- mais ouais, j'me doute, de tout ça. j'l'ai même déjà vécu une fois. j'aurais rien pour t'retenir. peut-être que j'aurais pas la foi d'le faire. sous peine de terminer k.o sur le parquet. il passe une main dans sa tignasse, seulki, secoue les cheveux courts de shinil, avant de les agripper. pique un ultime, un dernier baiser - j'te déteste. pression puissante, cassante, il chope la lèvre inférieure, la relâche, se tire en bonne fleur de printemps - celle qui bourgeonne et donnera rien de plus beau à voir. ses pas le mènent jusqu'à l'avant-dernière pièce de son attirail.
- allez, allez, c'est dark comment t'amène tout ça. ça s'trouve on ira pas plus loin qu'ça. il l'espère pas. il le dit quand même, relativiser, rire quand même parce que c'est ce qu'il sait gérer à outrance - encore mieux qu'une gamine avec sa corde à sauter. et j'dis on, mais on... on - c'est plus tu, je. tu viens à peine de m'voir à poil, alors qu'est-c'que j'en sais. d'ici là, seulki, il aura peut-être eu une révélation. peut-être qu'il aurait préféré la fuite, qu'il aura fait comme lui. il y croit qu'à moitié - il a jamais été très doué pour s'auto-bourrer le crâne d'idées mal amenées.
- j'aime bien t'parler, t'es clairement pas dégueu' à regarder. partant de c'postulat, j'aimerais bien te r'voir. plus que ça. mais ça, faut pas le dire. il fouille dans son utilitaire, pas vraiment accessoire, vérifie s'il a pas paumé ses clefs au passage, oublié quelque chose dans le sillage du couloir ou laissé tomber quelconque babiole sans qu'il l'ait remarqué - faut dire qu'avoir entamé les hostilités contre le mur, c'était pas bien pensé. alors, advienne que pourra, tout ça quoi. il voudrait lui balancer qu'il l'aime bien, ce serait encore un trop gros mensonge. il l'aime tout court, tout simple, tout net, coupé à vif sur la grande place. tu sais où m'trouver, je sais où t'trouver. j'ai ton numéro, t'as mon numéro.
faudrait tout supprimer,
exit, out, down, prendre la porte et la refermer, la cramer,
sa manière de penser lui irait si bien - ses gestes aussi. comme un manteau de neige sur une montagne gigantesque. ça lui irait si bien, le départ -
pour mieux revenir. seulki le maudit.





masquerade ✧  parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts, entre le marteau et l'enclume, c'est la luciole au fond des nuits, c'est comme rouler sans le permis.
blessed by the goddess ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1810-qui-meme-a-terre-continue-de-tombe
avatar
♢ Messages : 54 ♢ Arrivée : 25/07/2017 ♢ Pseudo : sial ♢ Wons : 174 ♢ Avatar : jay park – park jaebeom ♢ Crédits : sial { code signa – kinjiki ☾ { avatars
« LA POITRINE QUI ÉCLATE ET LES MOTS COMME MUNITIONS, LES CHARGEURS VIDES ET LUI FASSE À SA PUNITION. »



Et dès que Hector eut vu le magnanime Patrocle se retirer, blessé par l'airain aigu, il se jeta sur lui et le frappa dans le côté d'un coup de lance qui le traversa. Et le fils de Menoetios tomba avec bruit, et la douleur saisit le peuple des Achéens. — l'iliade, homère, la mort de patrocle (chant XVI)
♢ Occupation : tatoueur et étudiant en mathématiques/informatique
♢ Age : 26 ans
♢ Situation : célibataire même s'il se sait attaché à quelqu'un
♢ Yours :
ça a juste foiré.

— hyunwoo {jww} ; beomseok {csh} —


 no rest for the wicked ♢ shinil | Jeu 24 Aoû - 14:50



le mensonge et les songes du passés qui vous ronge jusqu'à vous dévorer vous et vos coeurs aspirant les aspérités





— il aimerait savoir
il aimerait comprendre
il aimerait pouvoir toucher du bout des doigts
ce mensonge que tu lui présentes
mais shin est si aveugle
et si cruel à la fois
te balançant à la gueule
tout ce que tu sais déjà
– sentiment de trahison d’abandon –
vouloir se casser avant que toute votre relation ne s’embrase comme du charbon

les mots s’écoulent d’entre ses lèvres avec légèreté
ça parle d’emballage
(celui que t’as voulu changé)
de vendus et d’un monde trop consommé
(au point que t’as voulu te faire piquer)
te foutre des implants changer ce que t’as entre les jambes
de transformer dans ton intégralité
(pour shin ça n’avait rien d’une priorité)

il y avait la misère comme grand méchant loup
qui vous chasse et vous traque toujours derrière vous
celle qui vous rappelle d’où vous venez
la crasse la rue la froideur des cités
ces banlieues qu’on dit infestées et puis cette tendance à rester dans la merde pendant des générations s’en jamais s’en débarrasser
(ces mêmes maux qui restent incrustés sur votre peau)
tâches indélébiles comme un boulet trainé aux pieds
plus éternelles que cette encre gravée sur ta peau
(celles qui restent dans l’crâne et bien planquées comme des fardeaux)

et le pire
(c’est que shinil ne veut pas retrouver tout ça)
c’est que shinil il a fait une croix sur l’ancien toi
sans se douter que le nouveau est juste en face, là
(il pourrait te toucher sans rien remarquer)
– est-ce pathétique ? –

c o u p  c r i t i q u e
la moitié d’la jauge de vie d’enlevée
parce que t’as effacé toute l’existence que t’as menée
(celle où il était là)
celle où il a grandit où il s’est confié à toi
celle où il t’a aimé
(celle où il s’est barré)

il te jauge du regard
te fixe lacer tes godasses
déjà prêt à se casser
(il veut te retenir te dire de rester)
mais il sait que l’taff c’est pas remplacé par des baisers
(il aimerait bien)

ses yeux se ferment sous la pression de tes lèvres
(c’est une mine qui explose sous ses pieds)
ça pète ça claque ça foudroie de l’intérieur
(et curieusement il aime ça)
les poils qui se dresseraient sous l’émotion
celle de la fourrure du lion
(il ne montre rien)
se redresse sur ses deux pieds
les mêmes bien cloués au sol et à la réalité
(pas comme toi)
il disait souvent que hyerim était une rêveuse
et que c’est pour ça qu’elle irait plus loin qu’une vie malheureuse
(il a fallut qu’elle lâche la clé pour aller s’faire raturer)
par des aiguilles bien moins belles que celles qu’il a l’habitude de manipuler
(il aurait tellement préféré que.)
que.
que ça reste.
que ça perdure pas que ça pète.
juste.
c’était tellement évident tous les deux
maintenant c’est presque du vent
ça parait loin
et si proche en même temps
(il s’perd dans les souvenirs lointains)

((éclat sincère de rire à l’entente de tes mots))

ces quintes joyeuses qui chassent les fantômes des anciennes amoureuses
ta maladresse qui le force à esquisser un sourire qui barre son visage
fuseau lumineux qui éloigne les mauvais présages
(sauf peut-être un)
le tien.

t’inquiètes. pour ce genre d’histoires j’suis pas l’genre à trop planifier.

(sauf quand ça commence à durer des années)
vous saviez
les gosses la vie ptêt’ même le mariage
le salut devant dieu
shinil a jamais prétendu être très pieu
(il se sait pêcheur)
mais après tout
lui aussi à le droit à l’erreur
à le droit de tourner le dos à ce qu’il croit injuste
pour amortir la chute

j'préviens juste, genre si ça va pas faut pas venir pleurer. pas pour moi en tout cas.

pourtant lui il a chialé
(un peu)
toi t’en as même hurlé
(t’aurais pas du te briser alors que c’est ton propre voeu)

mais ouais, moi perso j’comptais pas en rester là. j’sais que j’ai la gueule du petit bâtard mais j’couche pas pour derrière tout plaquer, enfin, rarement.

il attrape à son tour son t-shirt
l’enfile tandis que tu te diriges vers la porte

t’façon tu te rappelles, je suis censé te tatouer donc –.

donc on devra se revoir
donc c’est comme une condition c’est comme signer un pacte avec le diable
il veut empiéter (une nouvelle fois) sur ton territoire
celui de ta peau.

j’t’aime bien seulki, vraiment. et j’dis pas ça à tout le monde, seulement à quelques privilégiés.

il se plante face à toi t’embrasse à pleine bouche
pour avoir encore les sensations d’hier
être sûr que ça ne parte pas même avec une douche
te ramener sur terre
(ici c’est shinil et tu pourras pas fermer ta gueule bien longtemps)
viendra l’temps
où il faudra tout balancer où faudra tout faire exploser

comprends moi bien. m’la fais pas à l’envers. tu m’as vu à walpé donc now… t’es fiché.

sourire.
(celui qui te fait mourir de l’intérieur)

ce qui veux dire que toi et moi on va pas en rester là.

sur ces mots il se détache de toi, s’éloigne dans sa cuisine
te tourne le dos
parce qu’il sait que ça ne s’arrêtera pas là
il y aura plus qu’une nuit dans tes bras.




© SIAL — icons by saturnienne goldstiens







j'ai longtemps parcouru son corps effleuré cent fois son visage j'ai trouvé de l'or et même quelques étoiles en essuyant ses larmes — kyo
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1808-i-killed-my-mother-seulki
avatar
♢ Messages : 182 ♢ Arrivée : 25/07/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 391 ♢ Avatar : mitsuji sen. ♢ Crédits : ailahoz. ♡

♢ Occupation : étudiant en psychologie et parallèlement serveur dans un salon de thé.
♢ Age : 26 ans, qui en découvre encore.
♢ Situation : y met pas de nom dessus, advienne que pourra, même si le coeur gueule j'suis à toi.
♢ Yours :

i could recognize him by touch alone, by smell; i would know him blind, by the way his breaths came and his feet struck the earth. i would know him in death, at the end of the world.

(seol kibum, go namjoon)

 no rest for the wicked ♢ shinil | Mar 29 Aoû - 15:39

no rest for the wicked
shinil & seulki (icons SATURNIENNE)


il y croit à tout ce qu'il dit, à tout ce qu'il fait seulki. il y croit parce qu'y'a aucun besoin de prêcher un converti, aucune énergie à donner pour arracher sa confiance et jamais la lui redonner. il sait, seulki, il connaît la chanson, la rengaine, comme une matinée banale à enfiler ses fringues un à un, commençant par le tee-shirt, puis le pantalon et pour finir les chaussettes ainsi que les pompes. y'a quelque chose qui le ramène dans une ère totalement révolue, plus voulue et tellement gribouillée qu'il est plus possible de voir ce qui se cachait derrière. et pour autant seulki, il sent une violence l'attraper sans aucune once de pitié - celle de vouloir s'éclater en solitaire, petite scarification dans un bain en salière pour encore plus regretter. celle de se dire qu'il a été con, qu'il a été stupide, qu'il a été même cupide de se croire capable de pouvoir tout agencer - maniaque de l'autorité, de l'ordre et de la bonne liaison dans les chapitres. inspiration qui se fait avaler par un baiser pas forcément attendu, qu'il goûte, qu'il reprend sans s'en priver - puisque shinil, il pourrait, qui sait, à nouveau filer. il pourrait partir rejoindre les côtes du japon, ou encore se les cailler en russie, pourquoi pas retourner aux états-unis dans un autre état où on le retrouvera pas. puisque shinil, il pourrait, qui sait, le dégommer en une pichenette s'il savait qu'une part de hyerim continue à grouiller, à bouger gentiment dans l'envers du décor - quelque part derrière des nerfs ou des entrailles oubliées. shinil qui cause, shinil qui parle, shinil qui fait plus que mettre en garde - il pourrait le faire se mettre à genoux pour un adoubement dans les règles. et seulki qui bouge toujours pas, qui le regarde se mouvoir dans l'espace et étaler son petit pouvoir - celui de le faire revenir, encore, et encore.
il devrait être lassé, mais c'est le contraire qui s'est imposé : ça le rend encore plus déterminé. pincement de lèvre inférieure alors que sa veste termine sur son dos, sac sur l'épaule à le voir s'immiscer dans une autre pièce - pourquoi ça devrait se terminer, alors que ça a si bien commencé.
- à chaque petit bâtard, son petit coeur noble. d'une grande faiblesse aussi qu'il se garde pour lui. d'une faiblesse qui pourrait lui faire tout perdre. d'une faiblesse qui rend shinil cinglé, barré. d'une faiblesse qu'il tente ô combien difficilement de dissimuler - si maman avait pas eu la bonne idée de se plomber. sur ce. doigts qui s'enroulent autour de la poignée, son de l'autre qu'est trop occupé. et seulki qui se met un peu à imprimer la décoration, voir ce qui a été modifié, voir ce qui est plus de lui - puisque lui seul a envahit les lieux. avant y'avait un peu de touche à deux. tête qui se secoue, porte qui grince puis qui claque, la fuite.
la pluie qui lui tombe dessus, paupières qui se ferment pour apprécier le monde qui lui en veut - les nuages qui pleurent en écoutant ses voeux. lavé de tout pêché. presque adorable de croire qu'il pourra s'en tirer. seulki qui sourit, seulki qui s'éloigne en faisant le vide, le creux pour pas trop se sentir malheureux. il aurait pas dû l'aimer d'origine, il aurait pas dû s'amouracher c'était une trop grosse guigne - c'est pas grave, il se sent un peu mieux, un peu au bord du précipice aussi, précipice duquel shinil le poussera, mais il est entier, et c'est déjà ça.





masquerade ✧  parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts, entre le marteau et l'enclume, c'est la luciole au fond des nuits, c'est comme rouler sans le permis.
blessed by the goddess ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
no rest for the wicked ♢ shinil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Wicked Witches - Ouverture !
» THE ENTIRE REST OF ETERNITY SPENT IN OBSSESSION.
» Message d'intérest général
» WICKED is good ▬ Dérivé The Maze Runner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wassup daegu. :: DAEGU 대구 :: DONGSEONG-RO 동성로 :: HABITATIONS-
Sauter vers: