Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

aidez-nous faire à décoller et promouvoir le forum en votant sur les topsites !
bienvenue sur wassup daegu, le forum a ouvert le 23/10/16 !
la partie histoire de la fiche de présentation est désormais obligatoire, mais totalement libre !
une fois que vous êtes validés, n'oubliez pas de remplir les champs de votre profil !
pensez à remplir votre fiche rps pour éviter d'être supprimés !
la version 11 a débarqué sur le forum le 7/09/17 ! ❅
bravo à yun karma et shim bae, nos membres du mois
venez voir la maj par ici !
pour en savoir plus sur l'intrigue c'est parici !

Page 1 sur 1
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 125 ♢ Arrivée : 22/08/2017 ♢ Pseudo : mari ♢ Wons : 439 ♢ Avatar : crush crush crush ♢ Crédits : bumbum and bae j'ai pas les crédits exacts sorrynotsorry

j'me perd dans les mauvaises couleurs -
c h i n h o
♢ Yours : seonghee bb bsr

 j'espère que t'as assez de sel // kibum | Ven 25 Aoû - 0:21



fraternité à s'en ruiner le compte et la santé

Dettes
S’accumulant sans honte
Sans gêne
Reflet de ta personne, chinho ;
Il soupire, s’emmêle et s’arrache les cheveux, en vain. Rien ne passe et tout trépasse, l’argent passe par la fenêtre. Il gagne la richesse à la sueur de son front, mais le seul combat loyal qu’il eut mené le ruinait
Saleté de maladie de luxe.
Est-ce là sa punition, pour tout le mal qu’il aurait fait ? Pour cet autre garçon torturé d’une manière inimaginable,  le poing se serre et les pensées s’embrassent
Il aimerait oublier ces factures, Chinho.
------

Frère ; personne de sexe masculin ayant la même mère et le même père. Telle est la définition crue du terme ; définition du terme qu’on enjolive le tout de mots doux
Mots de sentiments
Parce qu’on relit la fraternité avec l’amour, de nos jours
Amour qui n’a aucun sens sans anciennes tortures liant ou détruisant les êtres liés par le
S a n g
Donc il pouvait le dire sans gêne ; son frère, il l’aimait chinho.
Les messages s’étaient enchaînés la journée même, défi à la clef, lendemain de soirées tranquillement affalé avec la prunelle de son sang ; agréable idée que voilà. Bien évidemment, il payait la dose de tequila, un jeu auquel les désespérés s’adonnent : il avait aussi besoin de s’évader en sécurité chinho, adrénaline protégée, concours qu’il comptait bien gagner
C’était lui, l’ainé, après tout.
((mais l’alcool ça coûtait une blinde, de nos jours, maugréait-il))
Il repensait à cette nouvelle et énième rencontre il y a quelques jours, un court instant.
Hana ;
Hana :
Hana.

Agaçant, il ne décèle exactement la différence à l’habitude, ce qu’il s’est passé en son être. La simplicité même vint à le perturber ;
C’est quand il ne comprend pas quelque chose que ça le fout en rogne, chinho ; d’où la raison de retrouver l’autre gamin chauve
Et de le laminer en un éclat de rire
Comme cet autrefois où rien n’était diagnostiqué
Il l’aimait follement, cet autrefois
Les boules.
Il respire, expire et étirait son simple sourire à la vie ; enfant soleil chinho, plus cramé tu meurs

- Gamiiiin il toque à la porte de l’habitation du petit frère, faussement impatient aux secondes près c’pas que j’aime pas me faire les muscles avec les bouteilles, mais t’es lent mec. Pause, alors qu’il entend le verrou s’activer j’espère que t’as mit ta plus belle perruque, faut être beau quand on va se fait dégommer.

Sourire, le diable joue avec l’humour noir
L’ironie
C’est comme ça qu’ils ont toujours survécu, de toute façon.




faut boire
quand on est bourré
et embrumé
© SIAL







☽☽ faucon désirant
des âmes pleines des sentiments
aux tons alarmants ;

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1375-adrenaline-in-my-veins-kibum
avatar
♢ Messages : 342 ♢ Arrivée : 12/05/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 1058 ♢ Avatar : hoseok. ♢ Crédits : karma. ♡

♢ Occupation : disquaire dans une boutique vintage.
♢ Age : 24 ans, fleur de l'âge et tout le tralala.
♢ Situation : coeur de muse dévoré par l'artiste insatiable.
♢ Yours :


you're a 'rolling-stone' boy. 'never-sleep-alone' boy. 'got-a-million-numbers-and-they're-filling-up-your-phone' boy. i'm off the deep end, sleep in all night through the weekend. saying that i love him, but i know i'm gonna leave him.

(go namjoon, jacobs seulki)


 j'espère que t'as assez de sel // kibum | Ven 25 Aoû - 12:56

j'espère que t'as assez de sel
chinho & kibum (icons tumblr)

musique

portable balancé, la pensée qui continue de se développer, de germer, d'éclater au sein des nerfs de sa matière grise. portable balancé, et la pensée qui continue sa macabre avancée, lui, affalé sur le pieu, à regarder avec insistante une fissure dans le mur - légère, mais grande subitement. kibum à se dire qu'il pourrait s'y glisser, à se dire qu'il pourrait à jamais s'y combler. soupçon d'un rire qui vaut pas grand-chose, et l'éternelle attente envers un frère qui, à la bourre, peine à se faire entendre. et le petit appartement va soudain se remplir, va soudain sonner la sensation d'une quelconque vie dans ce foutoir aux reflets d'antan - les années lumières, les années folles, les années laissées pour le compte du maintenant qui lui plaît pas. inspiration profonde, une main passe dans sa tignasse - toujours aussi fausse, toujours aussi criante d'une vérité qu'il refuse d'accepter. puis le ventre qui continue de se tordre, les nerfs qui se pelotent - énervement, quel étrange sentiment, pourtant si souvent croisé au détour d'une route, d'une balançoire ou d'un regard. kibum et sa haine latente qui pourrait mieux le tuer, mieux l'assassiner que son cancer qui lui fait attendre l'issue fatale - sans savoir quand. paupières closes, frisson d'une terreur commune - celle de la mort qui pourrait le prendre dans ses bras, l'enlacer si fort qu'il s'y perdra.
boire pour zapper,
boire pour switcher,
boire pour oublier,
boire parce que lendemain difficile, parce que sensation agréable de faire partie d'un cycle qui pourra se réitérer - même si la gerbe vient tout foutre en l'air. pincement de lèvre, y'a aucun autre fautif - même si l'autre, l'autre artiste il pourrait le pointer du doigt, y mettre toute sa misère et sa perdition. il abandonne kibum, incapable de combattre plus fort que lui. perdu. à se demander ce qu'il fout. puis ses jambes qui se redressent, la porte qui s'ouvre, le blabla de l'aîné qui vaut pas plus qu'un ou deux bonbons acidulés.
- bla, bla, bla, bla. soupir pour le chercher, pour l'emmerder. chinho l'incapacité de demander au sérieux de s'incruster. chinho comme un bout de cauchemar et de rêves qui s'allient pour donner naissance à une monstrueuse présence. sourire de coin de lèvres, petite joie qu'il se garde bien de montrer, tendant ses bras pour attraper les quelques bouteilles avant qu'il n'y perde les épaules. il le laisse entrer, referme, et pose les armes sur la table plus loin, dans la hâte d'être dans le trouble - autre que celui qu'il subit. tu parles trop chinho, sans déconner, t'as un débit impressionnant, pire qu'une nana. rire sec qui vient faire vrombir sa gorge, il s'adosse au rebord de la table, y pose ses mains pour s'y tenir. il le dévisage - rien ne change, lui, pas les autres. t'as l'air bien, enfin bien façon mort-vivant qui sort de sa crypte. pétillement dans les iris qui continue de briller, de s'intensifier à mesure que le jeu se met en place. se bâcher. s'enlacer. se taire. s'engueuler. revenir. soutenir. t'as bouffé un peu j'espère ? pas envie qu'tu dégueules par terre en deux minutes. et kibum qui s'attarde pas plus, qui ouvre un meuble - verres ridicules et sel. deux galériens qu'avaient pas signé pour cette vie d'chien.





SUICIDE SOCIAL ✧ fini d'être une photocopie, finies la monotonie, la lobotomie. aujourd'hui je mettrai ni ma chemise ni ma cravate, je donnerai pas la patte.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 125 ♢ Arrivée : 22/08/2017 ♢ Pseudo : mari ♢ Wons : 439 ♢ Avatar : crush crush crush ♢ Crédits : bumbum and bae j'ai pas les crédits exacts sorrynotsorry

j'me perd dans les mauvaises couleurs -
c h i n h o
♢ Yours : seonghee bb bsr

 j'espère que t'as assez de sel // kibum | Sam 26 Aoû - 0:01



fraternité à s'en ruiner le compte et la santé


C’est l’observation de ce même visage
Ces traits similaires qu’on ne peut briser par les dires les multiples teintures qui se réunissent dans ce monde sombre qu’est celui de la nuit
De la douleur, les frères se tuant le temps à coups de sangs
Mélodie décadente où l’ainé ramène le cercueil
Enterrons-nous ensemble dans la merde, Kibum.

-----

Pain !
Douleur !
You made me a, you made me a believer, believer
Tu m'as transformé en, tu m'as transformé en croyant, croyant


Croyant que les peines se noient par la boisson d’un diable ; c’est lui qui lui a fait goûter à ce délice de mauvaise qualité. Un jour au lycée, surement où il dépensait l’argent de poche, avant les cours ou après la tombée de la nuit, avec leurs musiques de tarés qui leurs détruisaient l’ouïe ; c’est lui le responsable, tequila qu’il disait ainti-ride anti-mort c’est juste le cerveau que ça bouffe à la longue ----

- J’suis toujours impressionnant. Faux égo flatté alors qu’il s’affale sur le canapé, il se juge assez rouillé alors laisse son jeune frère se débrouiller c’est le talent gamin.

Verres aussi fêlés que leurs esprits ; il prend la première bouteille, sert les verres, ouvre la porte au bal des blessés

- Parait que c’est la mode l’style mort-vivant, j’m’adapte il se fend la poire comme quatre-vingt douze et prend le sel, l’étale sur un coin de main et le porte à ses lèvres, art d’amateur parfait j’ai bouffé comme un gros. Dis, j’dois t’apprendre à faire un tekpaf, ou t’es pas assez con pour l’avoir oublié ?

Alors, il débutait ; langue en sel et alors au fin fond du corps. Soulagement en ce début de soirée. Le plus vieux  se devant de faire le premier pas de la valse infernale, fixant ce miroir de sang ; anges déchus brûlés par la faiblesse, si destructible qu’ils n’osent se l’avouer
Ils sont dans le mal, les deux enfants.

- J’t’attend pas, t’es lent comme notre grand-mère. Ta journée ?

Pain !
Douleur !
I let the bullets fly, oh let them rain
Je laisse les balles voler, oh je les laisse pleuvoir


Les balles psychiques, il imagine encore les chiffres sur la fiche de paye Chinho trop de zéro il se dit, ça file la nausée ça pue la fin ; il va finir à la rue, et il s’en fout
Pour ce frère
Il fuit encore les balles
Ou s’y noie sous les fracas de cette pluie. Il croit au miracle, se dit que la vie le sauvera comme à l’époque où il était gamin.
Réveille toi, abruti
T’es adulte, maintenant
Autant que tes parents qui prie pour que leurs fils ne s’éteigne pas avant l’écoulement complet de tes vivres. Sa mère le sait, elle a pleuré son malheur au bout du fil le matin même : ce doit être dur de voir un fils ruiné et un autre en ruine
Désolé maman, j’crois que j’fais de la merde se dit-il
J’travaille pas assez, se dit-il
Les heures sont pas assez nombreuses dans une journée, il n’a plus le temps de se tuer à la tâche ; évitant de se tuer pour financer le retardement de la fin de ce frère si
A i m é

- Si elle est au level de merde de la mienne, j’descends la bouteille en slip. Il énonce cela sans peine, avec une touche d’humour ((noir comme la suie intérieure qui le souille)) ; ça sauve les images de déterrés

Pas encore enterré j’espère, Kibum ?



faut boire
quand on est bourré
et embrumé
© SIAL







☽☽ faucon désirant
des âmes pleines des sentiments
aux tons alarmants ;

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1375-adrenaline-in-my-veins-kibum
avatar
♢ Messages : 342 ♢ Arrivée : 12/05/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 1058 ♢ Avatar : hoseok. ♢ Crédits : karma. ♡

♢ Occupation : disquaire dans une boutique vintage.
♢ Age : 24 ans, fleur de l'âge et tout le tralala.
♢ Situation : coeur de muse dévoré par l'artiste insatiable.
♢ Yours :


you're a 'rolling-stone' boy. 'never-sleep-alone' boy. 'got-a-million-numbers-and-they're-filling-up-your-phone' boy. i'm off the deep end, sleep in all night through the weekend. saying that i love him, but i know i'm gonna leave him.

(go namjoon, jacobs seulki)


 j'espère que t'as assez de sel // kibum | Mar 29 Aoû - 16:13

j'espère que t'as assez de sel
chinho & kibum (icons tumblr)

musique

gamin, marque de fabrique. gamin, comme une manière de s'affirmer, pour faire comprendre qu'il est encore l'aîné - malgré quelques centimètres qui laissent à désirer. gamin, comme un rappel à ce qu'il peut ou ne pas faire. parce que gamin kibum et qu'il reste un gamin en sa compagnie. petite malédiction qu'il prend plaisir à chérir contre son coeur, c'est bien la seule chose qu'ils ont cru bon de garder - oubliant l'humour noir et ses tournures douteuses. parce que gamin, et puis pourquoi pas, ça vaut toujours mieux qu'ordure ou qu'enflure, ça laisse une douceur tout en traînant dans une brutalité équivalant à un apprenti sous le joug d'un maître - bijoutier pour rentrer dans le moule, bijoutier parce que ça peut être plutôt cool. et il l'accompagne dans sa petite descente pour mieux remonter ou au contraire s'évertuer à couler - prenant une grande inspiration pour que ça dure, pour qu'il se sente partir. chinho qui se cuite, chinho qui s'en met une pour commencer, pour l'inviter à faire pareil puisqu'il est le modèle dont il faudra jamais douter. kibum qui hoche la tête, qui l'écoute que d'une oreille, suit la cadence en frémissant, grimaçant sous les effets à la fois dégoûtants et puissants du mélange de sel, de citron et d'alcool. le verre frémit, fait son fameux paf, ça lui arrache la gorge - ça faisait un moment, sans doute trop longtemps.
- sale journée pour les seol. j'dirais même sale vie pour les seol. oeillade rapide pour son portable laissé à l'abandon dont il ose pas retourner les messages - pour lire les paroles sages de l'amant, l'artiste parti rejoindre des soleils plus chauds. baaah écoute, ton frère a l'chic de se foutre dans des histoires bien bien craignos, mais ça tu l'sais déjà, j't'apprends rien. il se ressert, reprend le chemin inverse, et puis un autre coup pour se sentir mieux, pour se mettre à sourire comme un bienheureux - ou au contraire préférer les larmes du malheureux. chinho qui sait à peu près tout, dont il a jamais eu le besoin de cacher - parce que son avis, s'il lui plaisait pas, il savait comment le contourner. chinho à qui il a toujours eu cru bon de se confier, même avant d'apprendre à père et mère une vérité - celle qu'il aimait de travers, tantôt les courbes féminines, tantôt les masculines, tantôt les difficiles à comprendre, tantôt les plus étranges à discerner. chinho qui était là, à défendre, à jouer au plus gueulard, à affirmer que c'était pas une tare. chinho sorte de trace vers la lumière, zigzagante et loin d'être fière.
- balance. t'as chopé une mst ? une gonzesse t'a rembarré ? un client t'a fait chier ? intense réflexion, difficile de mettre le doigt parfaitement dessus, en sachant que quand le grand chinho est dans la place, tout est possible, tout est imaginable - du pire au mieux. t'as écrasé un chien et t'as fuit les lieux du crime sans culpabiliser ? instant de silence, kibum qui rit, alors que son doigt pianote sur le verre, le faisant tinter. ou pire, t'as compris l'sens de la vie.
elle serait bonne, celle-là.





SUICIDE SOCIAL ✧ fini d'être une photocopie, finies la monotonie, la lobotomie. aujourd'hui je mettrai ni ma chemise ni ma cravate, je donnerai pas la patte.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 125 ♢ Arrivée : 22/08/2017 ♢ Pseudo : mari ♢ Wons : 439 ♢ Avatar : crush crush crush ♢ Crédits : bumbum and bae j'ai pas les crédits exacts sorrynotsorry

j'me perd dans les mauvaises couleurs -
c h i n h o
♢ Yours : seonghee bb bsr

 j'espère que t'as assez de sel // kibum | Mer 30 Aoû - 16:37



fraternité à s'en ruiner le compte et la santé


taptaptap dans la conscience
qui n’a aucune présence fixe
anarchie dessinée au pinceau
à l’encre de chine
à l’encre de chin
si malheureux !

–---

absurdité ; Qui est contraire à la raison, au sens commun, qui est aberrant, insensé : Ce raisonnement absurde aboutit à un non-sens. Il est absurde de croire aux revenants. Qui parle ou agit d'une manière déraisonnable : Vous êtes absurde de vous obstiner.

Absurde de croire au revenant dirait la cruelle définition. L’optimisme est une clé de la vie défendrait-il, on ne vit sans joie et la joie ne vit sans l’humain ; c’est un trait qui, parmi tant d’autres, a été créé pour enjoliver la vie, enjoliver l’animalité
la sauvagerie
la maladie ; la faiblesse qui hait à un point innommé, parce qu’elle a toujours ravagé sa vie en riant. Comme lui, il maltraite les faibles en éclatant sinistrement, avec une telle franchise que s’en est désolant
il était si faible qu’il préfère se frapper en oubliant, chinho.
C’est en ce point qu’il s’associe et apprécie l’absurde. L’art a souvent été traité d’absurde, d’insencé, de si peu moral que cela tourne à l’absurdité
c’est l’intelligence la moins comprise, l’absurde, parce qu’elle est tellement bêtes aux yeux de tous que personne ne la comprend. Chinho n’y fait pas exception, il ne connaît pas ce mot sous tout ses traits, toutes ses nuances et n’arrive à le comprendre. Et, avec son accord, il a été définit par ce terme par les autres humains. Chinho idiot, chinho salaud, chinho absurde à la moelle ; comme si il n’était pas enfant de ses parents mais du diabolique et incassable absurde qui s’immisce en souriant quand on cherche une raison à une quelconque situation qu’on ne veut plus jamais revivre.
En outre, il ne se connaîtrait donc pas, chinho ? Il est classé classique mais incompréhensible aux yeux du monde, jusqu’à ses propres yeux ?
Que de choses absurdes, en effet.
Il ne traite sa vie malheureuse d’enfer actuellement même s’il n’a toujours pas conscience qu’il mériterait bien pire pour ses pêchés ; il ne connaît le degré de la destruction qu’il a produit avec aisance, ni même celui qu’il a créé il y a quelques jours. Ne pas penser, ne pas assumer et ne pas se révéler à lui-même, tel est le projet où il se noiera dans l’alcool.
Avec ce frère
frère d’absurdité qu’il adore pour cette similitude dans l’ironie avec laquelle ils s’efforcent de vivre
((ou dépérir))
il voit ce frère se noyer à son tour dans le shoot, et l’aîné n’attend pas, il préfère continuer, mélodie rapide mais toujours si saccadé à chaque gorgées ; s’il pouvait mourir dans sa merde, ce serait sympa pour un soir penserait-il avec l’amertume gracile dont il fait preuve ; cruelle illusion.
Sale journée pour les seol qu’il approuve d’un hochement de tête, souriant à pleines dents quand à l’énonciation de la vie ; en effet gamin, en effet, malédiction familiale peut-être sont les dires qui se lisent dans les traits un semblant résignés du garçon : d’où la raison de bousiller la vie d’autres s’amuser un peu dans le cambouis-----
son semblable, il le désolait de cet étirement de lèvres moqueur ; c’était complaisant, c’était l’habitude de raconter sa vie. Et il aimait que son frère se confie, dialogue, qu’il se libère avec quelqu’un d’une vérité
qui est celle d’une vie assez pauvre en bonheur, c’est le cas de le dire

- J’crois que c’est dans l’sang. On doit cracher sur papa ou maman pour les histoires de merdes ? Ils sont pas cool les vieux.

Il se ressert et boit trop vite, oubliant probablement que la tequila n’était pas une petite bière qu’on achetait pour 10 minutes à l’apéro
((ou peut-être pas, en fin de compte))

et le frère qui cherche la cause de sa vie salie, de sa gueule de déterré
toi kibum
tu me ruines
mais je t’en veux pas kibum ; mais j’prend le chemin de l’humour pour contourner les maux que tu m’infliges gamin
il éclate d’un rire semblant tourner en boucle dans la disquette, il ne ment pas, il rigole même de ses ennuis chinho ; c’est la vie, la simple vie qui dure peu de temps
kibum le sait, que la vie est courte, dont la compréhension de ce rire répété et maudit !
Comprit l’sens de la vie – ah, si seulement il en comprenait le sens, il en serait moins absurde, chinho ?

- ouais, c’est ça, j’ai écrasé un chien parce qu’il avait une sale gueule et j’me suis barré parce que ça puait la mort. J’ai donc vu qu’le sens de la vie c’était tout droit, genre l’sens de la route.

Métaphores exagérées ; il aurait en réalité écrasé un certain insu plusieurs fois en se tordant d’hilarant. Il adore écraser les pauvres clebards, c’est trop
a m u s a n t – à ta santé gamin qu’il ajoute dans le shoot préparé, il fait le bonhomme à ne pas prendre le sel et tousse, tout est trop fort même son égo qui déchante.
Pause, silence apprécié alors qu’il demandait à son tour ;

-  et toi ? C’est quoi ta jolie merde, cette fois ?

Fraternité.



faut boire
quand on est bourré
et embrumé
© SIAL







☽☽ faucon désirant
des âmes pleines des sentiments
aux tons alarmants ;

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://w-daegu.bbfr.net/t1375-adrenaline-in-my-veins-kibum
avatar
♢ Messages : 342 ♢ Arrivée : 12/05/2017 ♢ Pseudo : - ♢ Wons : 1058 ♢ Avatar : hoseok. ♢ Crédits : karma. ♡

♢ Occupation : disquaire dans une boutique vintage.
♢ Age : 24 ans, fleur de l'âge et tout le tralala.
♢ Situation : coeur de muse dévoré par l'artiste insatiable.
♢ Yours :


you're a 'rolling-stone' boy. 'never-sleep-alone' boy. 'got-a-million-numbers-and-they're-filling-up-your-phone' boy. i'm off the deep end, sleep in all night through the weekend. saying that i love him, but i know i'm gonna leave him.

(go namjoon, jacobs seulki)


 j'espère que t'as assez de sel // kibum | Dim 10 Sep - 15:36

j'espère que t'as assez de sel
chinho & kibum (icons tumblr)

musique

chinho ce mauvais soldat du feu. chinho qui joue au grand dans la cour, chinho qui se brûle plus qu'autre chose - se jette dans la cohue embrasée pour mieux s'y fondre, s'y coller. chinho qui le fait rire plus que de raison, parce que kibum, il est rien face à la force familiale qui tantôt ravive, tantôt fait mal. premier prévenu, premier qui l'a soutenu. chinho sans qui il aurait pas cette envie, sans qui il aurait pas cette amertume, cette rancune latente qui prend la forme d'une détente - à se demander quand il aura le courage d'appuyer. il doute pas que quand il le fera, le frère sera là, pas à admirer, juste à applaudir pour le féliciter d'avoir eu la foi d'affronter avec courage et humilité le monstre aux mille visages dissimulés. puis le rire qui vient se répandre, qui s'écoule sur lui, de l'eau puis du gravier qui vient couper - arracher là où ça pique. soupir, l'énième verre qui vient dézinguer - et tout décupler. un peu de sérieux, un peu de bêtise aussi, savant mélange qui est bon à caser dans une bombe, rasant toute une humanité prête à pourtant se faire pardonner. kibum qui pousse un soupir, qu'écoute son sens de la vie. aussi clair et aussi limpide qu'une baffe en pleine face - même si ça laisse quelques échos derrière. et lui, cadet qui hoche la tête vainement, bêtement, se retenant de bailler pour enlever toute crédibilité à ses propos qui manquent pas de sens.
y'a kibum qui cherche, chinho qui répond,
c'est tout droit. tout droit vers quoi, ça il sait pas. il saurait pas dire. tout droit vers la tombe, tout droit vers l'hécatombe, tout droit vers la fin. ouvrir les yeux pour les fermer. une belle finalité. sa main libre vient gratter l'arrière de sa nuque, il secoue la tête en laissant planer un sourire sur sa face morne.
- quelqu'un qu'j'aime bien, et qu'j'ai du mal à cerner. épaules qui se haussent, ses doigts jouent avec le verre, se mettent à pianoter tentant de faire un accord qui pourrait inspirer qui sai les plus doués. personne écoute. personne écoute sauf chinho, toujours au rapport quoiqu'il arrive. toujours au rapport même lorsque tout pourrait le pousser à fuir - prendre la porte et la refermer bien fortement. c'est con. j'devrais me barricader dans une grotte et attendre. au lieu de se pousser dans les roses tout seul, au lieu de se laisser tenter par les parures si doucereuses de la vie. kibum au coeur qui bat encore, au coeur qui réclame, au coeur qui peut pas se faire à l'idée que rien pourra plus le toucher - profondément humain qui voudrait pourtant, enfiler un costume de monstre.
- pis pour le clébard bah - au moins il aura eu une mort rapide. gloussement bêta, il y croit pas, il vient quand même lui scotcher un coup de coude dans les côtes - il le mérite, c'est toujours gratuit avec chinho. en vrai, c'est quoi ton problème ? hm ? si t'as peur, dis-toi que demain j'aurais oublié, à l'allure à laquelle on va.
ce serait la solution, pour chino et lui,
y aller, murger, oublier, recommencer.





SUICIDE SOCIAL ✧ fini d'être une photocopie, finies la monotonie, la lobotomie. aujourd'hui je mettrai ni ma chemise ni ma cravate, je donnerai pas la patte.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 125 ♢ Arrivée : 22/08/2017 ♢ Pseudo : mari ♢ Wons : 439 ♢ Avatar : crush crush crush ♢ Crédits : bumbum and bae j'ai pas les crédits exacts sorrynotsorry

j'me perd dans les mauvaises couleurs -
c h i n h o
♢ Yours : seonghee bb bsr

 j'espère que t'as assez de sel // kibum | Jeu 14 Sep - 20:34



fraternité à s'en ruiner le compte et la santé



Combattant ; Homme, soldat qui prend part directement à un combat, à une guerre. Personne qui en vient aux mains avec quelqu'un d'autre, qui participe à une rixe, une querelle.

Tel est son souhait d'enfant ; il aimerait combattre, chinho. Combattre la vie, combattre les maux qui foudroie ses proches déjà endeuillés. Autrefois enfant faible, il parcourait ceux jugés forts dans les cours de récréations, l'envie surplombant ses orbes : il rêvait d'être un héros, mais est devenu un petit démon. La loi de la nature qui l'a poursuit, avec l'excuse de l'humain profondément mauvais. Justice comme façade et coups comme peinture, moquerie à la voix qui hantait certains ; c'était ainsi.
Mais qu'es-tu devenu, malheureux ? Un autre faible parmi tant d'autres qui se plaint de son karma. Les souvenirs qui parcourent l'âme en quelques hurlements alors qu'il se demande combattant comment l'être combattant comment le paraître combattant ironie
je ne sais frapper pour ceux que j'aime, je ne martèle que les faibles par lâcheté pure et me fait de l'argent sur l'art que seuls les riches peuvent atteindre
((il se morfond de son ancienne utopie qui s'écroule, chinho))
Alors il laisse écouler l'alcool pour le trait amnésique, rire traître qui accompagne à la volée ; le frère qu'il aime d'un amour vache que se confie à lui. C'est curieux, deux combattants de papiers qui prennent les verres pour des armes, se détruire les corps en chantonnant intérieurement
mélancolie furieuse d'un piano perçut sur les touches de l'objet allant les enfoncer dans le mal - quelqu'un que j'aime bien dit-il, mal à cerner dit-il, et l’aîné qui ricane alors : mélancolie de sentiments embrumés par la vie. Un mélange embrumé de couleurs n'allant pas ensemble selon les dires : apprécier ne signifierait-il pas cerner ? Peut-on apprécier ce qui nous est difficile à entrevoir ? C'est ce qu'il se disait quand il aimait seulement les corps, chinho.
Ombre au tableau.
((c'est l'oubli estimé dont il a honte l'enfant))
L'autre malheureux qui ne croise son regard, accablé par l'alcool. Se barricader, se cacher, pensées de l'animal qui surgissent en un dire ;
que de beaux combattants manquant à l'appel –--

- barricade-toi dans un palais, y'a le chauffage.

La moquerie au ton plus dur, plus sourd. Chasser la solitude qui l'effraie par une monnaie qu’il se possède plus ; il a l’impression de procéder à la propagande intérieure de son être avec qu’il continuait calmement. Rage en sang par l’alcool qui infuse une énième fois, il a la légère impression qu’il ne compterait plus les traits qu’il s’inflige, ce soir.

- Ouais, rapide. C’est un clebard, de toute façon.

La pensée forte dans les propres injectés dans l’air ; soupçon de haine prononcé, jolie rosée matinale parcourant les coups qu’il enchaînait – soupir résigné.
Il n’aimait pas les clebards, chinho.
En vrai, chin
C’est quoi, ton problème ?
Le rire à l’empêchement de la fin de cette sobriété qu’il remercie ; toi, ainsi qu’elle, ainsi que les faibles les forts les mauvais les ouragans que je tente de marteler dans le vide
Sans succès
C’est là où l’air que je respire me parait nauséeux
Trop vide, trop tout, kibum.

- Bah. J’crois que j’en ai plusieurs. Ils jouent à la marelle. Pause dans la métaphore déplaisant l’auteur j’suis pas arrivé à dix. Mais j’regrette un peu d’avoir triché à la marelle en sautant trop loin. L’alcool qui monte un peu, légèrement embrumé le grand garçon j’aimerai oublier, un peu.

Oubli
Oubli
Agis où je crèverai dans mon taudis.


- Ah, genre aimer bien aimer bien ou bien bien ? Aimer d'quelle couleur ?discours d’un gosse qui voyait les corps comme un accomplissement d’un soir qui demande, hilarant. Elle est si compliquée ? Pensant au elle sur l’instant, rien d’important, on le corrigera s’il le fallait.

Confession dans la transparence d’un alcool qui s’élève
Seule dans cette nuit, peut-être ?

- Perso, une nana. Fin, une pote. Fin, c’est chiant.

Merci, chinho.



faut boire
quand on est bourré
et embrumé
© SIAL







☽☽ faucon désirant
des âmes pleines des sentiments
aux tons alarmants ;

Revenir en haut Aller en bas
 
j'espère que t'as assez de sel // kibum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Problème de son pas assez fort...
» Commande assez urgente , si possible :/
» Yuya Takaki avatar assez rapidement please ^^ [CLOSE]
» Pas assez de place pour la mise à jour cartographique... HELP !
» [Résolu] Un truc assez bizarre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wassup daegu. :: DAEGU 대구 :: DONGSEONG-RO 동성로 :: HABITATIONS-
Sauter vers: